4x4 et chirurgie esthétique : une vieille vidéo de Jean-Luc Mélenchon sur le Venezuela resurgit juste avant les législatives

Publié à 16h49, le 04 juin 2017 , Modifié à 20h41, le 05 juin 2017

4x4 et chirurgie esthétique : une vieille vidéo de Jean-Luc Mélenchon sur le Venezuela resurgit juste avant les législatives
Jean-Luc Mélenchon et Chatal Mouffe en octobre 2016 © Captures d'écran YouTube
Image Sylvain Chazot


C'est l'une des vidéos du week-end, un court extrait de 45 secondes au cours duquel Jean-Luc Mélenchon parle du Venezuela et de la révolution chaviste. Samedi 3 juin, le compte @Limportant_fr a relayé un message daté de vendredi et signé @Bernadrian. On y entend la France insoumise expliquer l'échec de la révolution chaviste par le consumérisme des pauvres ayant subitement accédé à la classe moyenne.





Jean-Luc Mélenchon dit :

Quels droits nous nous reconnaissons les uns aux autres ? C'est ça qu'il y a dans une Constitution. C'est ça la leçon que nous tirons de l'Amérique latine chaviste et correiste. C'est ça, la leçon essentielle parce que pour le reste, les limites on les a vues. Ni le chavisme ni les autres camarades n'ont été capables de construire le peuple suivant, c'est-à-dire qu'une fois que tu as arraché des millions de gens de l'extrême pauvreté et que tu les as installés en classe moyenne sans  révolution culturelle, sans objectif écologique commun, ils se comportent comme une classe moyenne habituelle, c'est-à-dire qu'ils veulent se définir par des consommations ostentatoires. Et donc ils présentent une exigence consumériste qui détruit de l'intérieur la révolution parce que si on a fait tout ça pour acheter des 4x4 et faire des opérations de chirurgie esthétique, franchement on reste chez nous, ce n'est pas le sujet.

Tel le sparadrap du capitaine Haddock, revoici donc, à une semaine du premier tour des législatives, l'encombrant soutien au Venezuela chaviste par Jean-Luc Mélenchon, encombrant car, quatre ans après la mort d'Hugo Chavez, le pays s'enfonce dans la crise alors que l'eurodéputé l'a érigé, par le passé, comme modèle. Mais depuis début avril, de grandes manifestations anti-Nicolas Maduro agitent le pays, des manifestations réprimées dans le sang. Au moins 63 personnes ont été tuées au cours des deux derniers mois en marge du mouvement de protestation contre le président socialiste.

Dans ce contexte, voir Jean-Luc Mélenchon justifier l'échec de la révolution chaviste par la volonté des classes moyennes d'acheter des 4x4 ou de faire de la chirurgie esthétique peut surprendre. Voire choquer. Surtout quand un leader politique parle de "révolution culturelle", terme qui renvoie inévitablement à Mao dont la politique en Chine a conduit à la mort directe ou indirecte de plusieurs millions de personnes.

Mais la vidéo n'est pas récente. Elle date d'octobre 2016, avant donc les mouvements et les manifestants anti-Maduro tués. Et n'a rien à voir avec l'actuelle campagne électorale en France.

Surtout, l'extrait de 45 secondes est tiré d'un échange de 2 heures et 20 minutes entre le leader de la France insoumise et la philosophe belge Chantal Mouffe. Et ce que dit Jean-Luc Mélenchon avant et après l'extrait diffusé est aussi important.



Juste avant, celui qui est alors candidat à la présidentielle explique comment convaincre "les autres, ceux qui ne veulent plus aller, ceux qui sont en quelque sorte le peuple qui s'est mis en congé de lui-même".

Jean-Luc Mélenchon  ajoute :



Ils ne votent plus, donc ils ne sont plus politisés. C'est pour ça qu'à la question 'que faire ?', la réponse stratégique révolutionnaire c'est la renaissance du peuple, ce que dit Chantal [Mouffe], le moment populiste. Il s'agit de reconstruire le peuple en tant qu'entité politique. Comment le faire ? Il y a un argument stratégique central, nourri de la volonté que l'on vient de décrire des aspirations sociales, c'est la Constituante parce que le process d'Assemblée constituante met le peuple en situation de se définir politiquement. Quels droits nous nous reconnaissons les uns aux autres ? C'est ça qu'il y a dans une Constitution. C'est ça la leçon que nous tirons de l'Amérique latine chaviste et correiste…

Après l'extrait diffusé, Jean-Luc Mélenchon poursuit son analyse et celle-ci est moins caricaturale que l'extrait sur les 4x4 ne le laisse penser. "Nous avons une reconstruction globale à faire. Ce n'est pas simplement d'avoir un bon programme – on l'a – mais ce sont les valeurs qui vont avec, les affects qui vont avec, les mots pour se désigner, pour se nommer, et aussi assumer les leaderships", tonne-t-il. Un peu plus loin, il ajoute :



Quand on parle du peuple acteur politique, à quoi ça correspond, son incarnation ? Comment ça se traduit ? Le parti de classe, on le connaissait, il était comme la classe, il était délimité. Le parti du peuple, c'est un mouvement par définition, c'est un mouvement sans bords. Ce n'est pas facile à construire, c'est ce que nous sommes en train d'essayer d'imaginer en ce moment. C'est un mouvement qui correspond à la modernité. Dans la modernité, plus il y a de monde et plus les individus sont singuliers. Vous ne pourrez plus remettre les gens en rang comme ils l'étaient autrefois à l'usine. C'est donc par leur mouvement autonome, personnel et individuel qu'ils participeront à hauteur de ce qu'ils veulent faire ou pas, selon le moment. On peut dire que ça ne nous convient pas parce que c'est trop individualiste. C'est comme ça. Le nous ne se constitue que par une libre adhésion. Si on ne le comprend pas, on va essayer de brutaliser les gens et on n'arrivera à rien.

À voir ci-dessous à partir de 1 heure 43 minutes.





La réflexion de Jean-Luc Mélenchon sur le peuple est donc beaucoup plus large que ne donne à le penser l'extrait diffusé sur internet depuis samedi 3 juin. À une semaine du premier tour des législatives, cette attaque contre celui qui se présente à Marseille n'est peut-être pas totalement fortuite.

Du rab sur le Lab

PlusPlus