A Saint-Denis, le PS accuse le PCF de fraude sur les listes électorales

Publié à 19h06, le 04 mars 2014 , Modifié à 11h28, le 05 mars 2014

A Saint-Denis, le PS accuse le PCF de fraude sur les listes électorales
Didier Paillard et Mathieu Hanotin (Maxppp).

L'ambiance se tend à Saint-Denis à trois semaines du scrutin pour les municipales. Dernière passe d'armes en date : Mathieu Hanotin, candidat et député PS, dépose un recours en référé devant le tribunal d'instance pour une supposée fraude sur les listes électorales, comme il l'annonce ce mardi 4 mars dans un communiqué.

Le socialiste accuse la mairie communiste d'inscrire frauduleusement des personnes de nationalité roumaine sur les listes :

"

Une analyse attentive des listes électorales démontre la présence de 82 personnes, toutes de nationalité roumaine, inscrites à la même adresse. La convention de mise à disposition du terrain sur lequel ces personnes sont domiciliées, limite ainsi strictement le nombre de résidents sur le dit terrain à 76 personnes, majeurs et mineurs compris.

"

Contactée par le Lab, la mairie de Saint-Denis rejette ces accusations. Quand le candidat socialiste dit qu'il devrait y avoir 76 personnes résidant sur ce terrain, la mairie explique qu'il "y a 226 personnes domiciliés sur le terrain en question, terrain mis à disposition de l'Etat". Précisant : "dont 82 inscrits sur les listes électorales", chiffre identique à celui transmis par le candidat socialiste. 

Et les 76 personnes concernés par la convention ? "Aujourd'hui, il y en a davantage, il n'a jamais été question de 76 personnes", indique la mairie. 

Et l'entourage de Didier Paillard, maire communiste candidat à sa réélection, explique :

"

Ces inscriptions ont été vérifiées par le biais d'une commission électorale, avec des représentants de la préfecture, du tribunal de grande instance et de la mairie. 84 demandes d'inscriptions ont été déposées, dont deux refusées.

"

Pour dénoncer ces supposées pratiques, Mathieu Hanotin parle d'une "instrumentalisation de la misère humaine à des fins électoralistes" et de 82 personnes inscrites avec une même adresse, après validation de la dernière commission de révision des listes électorales du vendredi 28 février. "L’irrespect des règles qui régissent l’inscription sur les listes électorales n’a pas sa place dans le débat démocratique", poursuit le candidat socialiste.

"C'est un candidat qui se dit socialiste qui nous attaque avec les méthodes de la droite", rétorque l'entourage de Didier Paillard, maire candidat à sa réélection. Qui signale que ces attaques venaient à l'origine du candidat du Front national, Didier Labaune, sur son blog. "C'est étonnant que le candidat socialiste reprenne les attaques de la droite et du FN", raille-t-on auprès du maire. Ambiance

MISE A JOUR, 5 mars, 11h : 

D'après les informations du Lab, dans la convention de mise à disposition du terrain, appelée "convention de gestion et d'entretien du domaine public de l'Etat", aucune limite de résidents n'est fixée par ce texte. Cette convention passée entre la Direction des routes Île-de-France (DiRif) et la commune de Saint-Denis n'explique d'ailleurs pas non plus que le terrain va servir à la mise en place d'un village d'insertion pour population rom mais se contente de fixer quelques règles de co-gestion, comme les modalités d'intervention et d'entretien du terrain. Elle est valable sur une durée de trois ans, avec tacite reconduction. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus