Après publication d'un tableau polémique sur la délinquance, les Jeunes socialistes qualifient Le Progrès de journal "digne de l'extrême-droite"

C'est un petit tableau explicatif du journal lyonnais Le Progrès qui provoque la colère du MJS. Titré "Délinquance: à chacun sa spécialité", l'encart explique quel type de population est spécialisé dans quel type de délinquance. On apprend ainsi que gens du voyage seraient particulièrement versés dans le piratage de distributeurs de billets, le vol de féraille ou les "petits vols". 

Cet encart, le voici :

Un texte déjà très critiqué sur les réseaux sociaux en ce 22 avril, mais c'est du mouvement des Jeunes socialistes que vient la première réaction politique. Dans un communiqué publié sur son site, l'organisation parle d'un "journalisme de caniveau" et dénonce l'imprécision du tableau: "Qui sont les 'groupes des cités' ? Pourquoi les 'Roms' sont-ils classés aux côtés des Roumains, des 'gens du voyage', et des 'toxicomanes' ?".

Le MJS sort ensuite le bazooka contre le Progrès :

Cette initiative désastreuse insulte des millions de citoyens et est digne d’un journal d’extrême droite. Il est temps que le Progrès retrouve le chemin du journalisme et cesse de copier Minute.
Le Progrès doit publier des excuses auprès des millions de femmes et d’hommes stigmatisés par cet encart.

Le Progrès ne fait pas mention, dans ce fameux encart, des sources utilisées pour tirer de telles conclusions. Pas plus que sur son compte Twitter, qui se borne (en tout cas pour l'instant) à tweeter de simples articles mis en ligne.

[EDIT 15h03] : Marie-Pierre de la Gontrie, vice-présidente de la région Île-de-France, a également réagi, dénonçant une "infographie indigne" :