Bernadette Chirac affirme qu'il est impossible de parler avec Jacques Chirac pendant un match de foot

Publié à 11h26, le 19 juin 2014 , Modifié à 11h48, le 19 juin 2014

Bernadette Chirac affirme qu'il est impossible de parler avec Jacques Chirac pendant un match de foot
Bernadette et Jacques Chirac à la Coupe du Monde de football le 9 juillet 2006 / Maxppp

FOOTPOLITIQUE - Bernadette Chirac suit la Coupe du monde avec passion et le fait savoir. Dans une interview réalisée par France Info au micro du célèbre Jacques Vendroux le jeudi 19 juin 2014, l'ancienne Première dame se confie sur le suivi du Mondial par l'ex couple présidentiel.

Invitée d'abord à s'exprimer sur la Coupe du monde et les émotions qu'elle lui procure, Bernadette Chirac affirme suivre avec ferveur le Mondial:

"

Nous suivons Jacques et moi avec ardeur et empressement pour être devant l'écran de télévision mais aussi à la radio aux bonnes heures le déroulement des épreuves et de cette Coupe du Monde. Nous poussons des cris comme beaucoup de téléspectateurs.

"

Puis, la conseillère générale de Corrèze se laisse aller à quelques confidences sur l'attitude Jacques Chirac devant les matchs de football lors de son passage à l'Elysée:

"

Oh là! Ecoutez, à l'Elysée, quand il était Président et qu'il y avait un match, ce n'était pas la peine de compter avoir une conversation quelconque, même sur un sujet banal parce qu'il était installé devant l'écran, il mangeait quand il avait le temps, il n'y en avait que pour le foot.

"

Une surprise lorsque l'on se souvient de Jacques Chirac le soir de la finale du 12 juillet 1998 essayant de crier le nom des joueurs:

 

L'ancienne Première dame confesse également sa vengeance envers son mari qui lui interdisait l'accès des vestiaires du Parc des Princes lorsqu'il était maire de Paris:

"

Mais mon mari m'avait interdit d'y aller alors je me venge. Quand je vais en province et que j'assiste à un match, je vais dans les vestiaires et ça me permet de discuter avec eux de plus près et très amicalement.

"

Enfin, elle termine son intervention en donnant son avis sur le match France-Suisse prévu le 20 juin:

"

Ils sont forts. Faut se méfier des Suisses, oui, oui, c'est bien ce que j'ai toujours pensé.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus