Bernard Debré invite Nicolas Sarkozy à payer lui-même ses amendes grâce à ses conférences

Publié à 10h09, le 25 septembre 2014 , Modifié à 10h55, le 25 septembre 2014

Bernard Debré invite Nicolas Sarkozy à payer lui-même ses amendes grâce à ses conférences
Bernard Debré © IP3 PRESS/MAXPPP
Image Le Lab

Cyril Morin pour

TOI-MÊME TU PAYES – Bernard Debré n’en est plus à sa première attaque envers Nicolas Sarkozy. Après avoir affirmé que l’ancien président n’était plus "l’homme providentiel" puisque "n’importe quel veau pourra battre François Hollande en 2017", le député de Paris s’en prend aux amendes que doit payer l’UMP suite à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

Interrogé par le Télégramme le 25 septembre, Bernard Debré attaque d’abord Nicolas Sarkozy et son lien avec l’affaire Bygmalion :

On a appris qu'il y a 18,5 millions d'euros qui ont été payés par l'UMP au lieu de l'être par le compte de campagne de Sarkozy. Qui est responsable ? C'est forcément Nicolas Sarkozy. Il y a eu forcément un accord entre lui et l'UMP pour faire des fausses factures. On ne peut pas dire autre chose.

Selon lui, Nicolas Sarkozy ne voulait pas entendre les mises en garde sur ses dépenses de campagne à l'époque. Il avait par ailleurs qualifié l'ancien président de "branche morte" puisqu'il pénalisait son camp. Du coup, le député de Paris demande tout simplement à Nicolas Sarkozy de régler lui-même les amendes causées par sa campagne en 2012, grâce notamment à l’argent qu’il récolte par ses conférences à l’étranger :

Il y a un deuxième problème, ce sont les 380.000 euros d'amendes qui ont été payés par l'UMP, alors que c'est une amende vis-à-vis de Nicolas Sarkozy intuitu personae. Là aussi, c'est quelque chose d'insupportable. Pourquoi Nicolas Sarkozy n'a pas payé les 380.000 euros d'amende ? Je suis content qu'il gagne 100.000 euros par conférence, mais enfin, on nous a demandé de régler les 11 millions de pénalités de sa campagne ; on nous fait maintenant payer en douce l'amende de 380.000 euros, et lui fait des conférences à 100.000 euros pièce. Il n'avait qu'à en faire trois de plus ou augmenter ses tarifs de conférence à 150.000 euros.

Dans la suite son interview, cet ancien soutien de François Fillon pense que c’est pourtant Alain Juppé qui gagnera la primaire en 2016 si elle est « très ouverte » car il est le « plus rassembleur ».   

Du rab sur le Lab

PlusPlus