Crise de l'UMP: François Fillon et Alain Juppé mettent la pression sur Anne Levade, la juriste du parti

Publié à 11h46, le 09 juin 2014 , Modifié à 11h51, le 09 juin 2014

Crise de l'UMP: François Fillon et Alain Juppé mettent la pression sur Anne Levade, la juriste du parti
François Fillon et Alain Juppé en mai 2012 à Bordeaux/ Maxppp

INTIMIDATION - La situation juridique de l'UMP reste floue. Alors qu'un bureau politique sera organisé mardi 10 juin au soir afin de régler la succession de Jean-François Copé à la tête de l'UMP, l'intervention prévue d'Anne Levade irrite déjà les anciens Premiers ministres.

Juriste et présidente de la Haute Autorité du parti, elle doit s'exprimer en début de séance sur les conséquences juridiques de la démission du maire de Meaux et le respect des statuts de l'UMP.

D'après le Nouvel Observateur, une conversation "très crispée" entre François Fillon et Anne Levade a eu lieu vendredi dernier ne donnant pas satisfaction à l'ancien Premier Ministre. La juriste lui aurait signifié que, d'après les statuts, c'est Luc Chatel, le vice-président de l'UMP, qui doit succéder à Jean-François Copé. Une situation qui a crée cette réaction de certains proches du député de Paris :

"

Les attributions de Madame Levade ne l'autorisent pas à s'immiscer dans l'organisation du parti. [Elle serait] bien inspirée de s'éclipser après son topo, sinon on lui demandera de quitter la salle.

"

Une prise de position en faveur de Luc Chatel, comme l'avait déjà fait certains militants, qui ôterait au triumvirat le réel pouvoir de gestion du parti. Une situation que veut éviter un proche d'Alain Juppé cité par le Nouvel Obs :

"

Juppé n'a pas l'intention d'être un pot de fleurs. Si la troïka n'a pas de pouvoir décisionnaire, ça sera sans lui.

"

Mardi soir s'ouvrira donc un bureau politique sous haute tension entre respect des normes juridiques, gestion politique de la crise et organisation d'une nouvelle élection interne prévue pour octobre 2014.

Du rab sur le Lab

PlusPlus