Eva Joly avocate ? Verdict la semaine prochaine

Publié à 08h09, le 16 janvier 2015 , Modifié à 08h21, le 16 janvier 2015

Eva Joly avocate ? Verdict la semaine prochaine
© AFP / Fred Dufour

Mi-décembre 2014, Eva Joly annonçait à La Vie son intention de devenir avocate. Le Figaro écrit ce 16 janvier que l'ancienne candidate à la présidentielle pour Europe écologie-Les Verts doit passer devant le Conseil de l'ordre des avocats de Paris la semaine prochaine. Ce dernier doit statuer sur son inscription.

Celle qui s'est fait connaître dans les années 90' en instruisant les dossiers politico-financiers comme celui de Bernard Tapie ou de Elf est devenue eurodéputée en 2009 avant d'échouer à la présidentielle de 2012 (avec seulement 2.3% des voix). Dans La Vie, elle disait vouloir "boucler l'histoire d'un long cheminement au service de la justice" en prêtant serment :

"

Je veux pouvoir défendre les plus faibles et l’intérêt général en mettant à leur service ma connaissance du droit… Par exemple, pour soutenir les lanceurs d’alerte ou pour défendre l’environnement.

"

En tant qu'eurodéputée, Eva Joly est également particulièrement engagée dans le LuxLueaks, soit la révélation par les médias en novembre 2014 d'un scandale d'évasion fiscale organisée par le Luxembourg au profit de multinationales. Dans La Vie, elle expliquait vouloir s'appuyer sur ces révélations pour "introduire des actions pénales dans les pays où ces firmes ont des filiales".

Le barreau de Paris est en droit de refuser sa candidature. L'écologiste et ex-sénatrice Alima Boumediene-Thiery avait par exemple été déboutée dans le Val-d'Oise en 2012 pour "militantisme" excessif pour la cause palestinienne. En janvier 2013, la cour d'appel de Versailles lui avait finalement donné raison. Le profil d'Eva Joly ne devrait pas lui poser le même problème.

Il est assez courant de voir des politiques devenir avocats, à l'image de Claude Guéant, Rachida Dati ou Dominique de Villepin. Activité qui, on le constate, ne les empêche pas de rester en politique.

Du rab sur le Lab

PlusPlus