"Evidente inégalité des races" : Sophie Montel, la candidate FN dans le Doubs, revient sur ses propos

Publié à 11h33, le 03 février 2015 , Modifié à 11h35, le 03 février 2015

"Evidente inégalité des races" : Sophie Montel, la candidate FN dans le Doubs, revient sur ses propos
Sophie Montel. © SEBASTIEN BOZON / AFP

MACHINE ARRIÈRE – En 1996, déjà au FN, elle défendait Jean-Marie Le Pen et "l’évidente inégalité des races". Un peu moins de vingt ans plus tard, en lice au second tour d’une législative partielle dans le Doubs face à un candidat socialiste, Sophie Montel a tout d’abord assumé ses propos. Avant de faire machine arrière, ce mardi 3 février.

A France 3 Franche-Comté, la candidate du parti de Marine Le Pen assure qu’elle ne considère pas que les races soient inégales. Elle ajoute :

Vous me connaissez. Je ne suis pas une excitée. Ce n’est pas mon texte. On parlait de différence de culture ou de civilisation… Par discipline, j’ai défendu mon président, c’était Jean-Marie. Maintenant, c’est Marine…

Lundi 2 février, elle expliquait ainsi avoir "assumé la défense de (son) président" d’alors, à savoir Jean-Marie Le Pen. Elle précisait qu’aujourd’hui, elle n’aurait pas à assumer ce genre de propos. 

Aujourd'hui, je n'aurais pas à me justifier parce que Marine [Le Pen] n'aurait jamais pu prononcer ce type de paroles.

De son côté, ce mardi 3 février, la députée FN Marion Maréchal-Le Pen défendait pourtant cette prise de position contestée – qui a entre autres amené Alain Juppé à dire qu’il voterait pour le candidat PS dans le Doubs. Sur BFM TV, l’élue du Vaucluse expliquait ainsi :

Ce n’est pas tout à fait ce qu’elle a dit. Elle avait précisé et voulu soutenir à l’époque le président du Front national. C’étaient des propos qui datent d’il y a plus de 20 ans et pour lesquels elle n’a d’ailleurs été ni poursuivie ni condamnée, ce qui est quand même semble-t-il révélateur puisqu’à l’époque SOS Racisme guettait avec beaucoup de précision et d’assiduité.

Et d’ajouter :

Je ne suis pas en train de justifier les propos de Jean-Marie Le Pen. Je suis juste en train de vous dire que ressortir des propos pour lequel elle n'a même pas été condamnée il y a 20 ans... 20 ans ! J'aimerais bien savoir quels genres de crimes en France aujourd'hui amènent à 20 ans de condamnation. Peut-être même pas le meurtre (rires).

Du rab sur le Lab

PlusPlus