François Rebsamen veut renforcer les contrôles à Pôle Emploi et menace de radiation les chômeurs qui ne recherchent pas activement un emploi

Publié à 09h35, le 02 septembre 2014 , Modifié à 21h19, le 02 septembre 2014

François Rebsamen veut renforcer les contrôles à Pôle Emploi et menace de radiation les chômeurs qui ne recherchent pas activement un emploi
François Rebsamen le 8 juillet 2014 / Reuters Picture

François Rebsamen passe à l'offensive. Le ministre de l'Emploi, invité sur i>Télé le mardi 2 septembre, réclame des sanctions envers les chômeurs qui ne respectent pas les règles de Pôle Emploi.

Selon lui, 350.000 offres de travail non pourvues pourraient l'être avec un contrôle plus assidu des chercheurs d'emploi. L''ancien maire de Dijon tient en cela un discours nouveau :

"

Aujourd'hui si on écoute bien ce qui se dit, tout est tabou. Moi, je vais vous dire je pense qu'il faut renforcer les contrôles. Quand on est chômeur, au sens du Bureau International du Travail, on recherche un emploi. Et donc c'est négatif pour ceux qui recherchent un emploi d'être à côté de personnes qui ne cherchent pas d'emploi. Donc je demande à Pôle Emploi de renforcer les contrôles pour vérifier que les gens cherchent bien un emploi.

"

Quant aux conséquences de ce contrôle plus poussé pour Pôle Emploi et les chômeurs, le ministre est clair:

"

Un état d'esprit différent, des convocations, des vérifications. Sinon, on est radié. Sinon, on est radié. On peut se réinscrire d'ailleurs après.



Il faut qu'il y ait à un moment une sanction. Il n'est pas possible dans un pays qui est en difficulté, qui veut se redresser, qui porte le travail, d'avoir des gens qui... C'est pas la majorité. Pour certains, il y a un problème de salaire, des problèmes d'adéquation [...] mais moi je souhaite qu'on vérifie au sens du Bureau International du Travail que les chômeurs cherchent du travail. 

"

Mardi 2 septembre, en fin d'après-midi sur RTL, François Rebsamen a précisé sa pensée, avouant ne pas comprendre "l'emballement médiatique" consécutif à sa sortie du jour : 

"

Est-ce que j'ai dit que les chômeurs étaient le problème ? Pas du tout. Je rappelle les règles. Je propose aujourd'hui tout simplement de rappeler quels sont les droits et les devoirs.

"

Selon Le Monde, des contrôles renforcés sont en réalité déjà effectifs depuis janvier 2014, sans communication extérieure de Pôle Emploi. 

En 2012, le candidat Hollande, via un communiqué, critiquait très fortement le bilan de Nicolas Sarkozy en matière d'emploi et affirmait:

"

Nicolas Sarkozy s’apprêterait à soumettre aux Français un référendum sur un renforcement des obligations des chômeurs, notamment de ne plus pouvoir refuser un emploi ou une formation. Si le Président sortant n’en n’est pas à sa première tentative d’utiliser la détresse de nos concitoyens pour faire un « coup » bassement politicien, celui-ci est particulièrement choquant. [...] Quand Nicolas Sarkozy attaque les chômeurs, François Hollande, lui, veut s’attaquer au chômage.

"

En 2005 déjà, suite à un décret du gouvernement de Villepin visant à renforcer ces contrôles, le Parti socialiste, dans un communiqué d'Alain Vidalies, avait critiqué ce choix du gouvernement de l'époque:

"

En adoptant un nouveau décret visant à renforcer le contrôle des demandeurs d’emploi, le gouvernement confirme que pour lui, la lutte contre le chômage est d’abord une lutte contre les chômeurs. [...] Autoriser ces autorités à croiser les informations qu’elles détiennent avec les documents de l’administration fiscale revient à encourager un véritable harcèlement des demandeurs d’emploi, qui aura pour seul effet d’hypothéquer le contrat de confiance nécessaire à leur réinsertion. Plutôt que de chercher à rogner par tous les moyens les droits des demandeurs d’emploi, le gouvernement serait bien inspiré de favoriser leur retour à l’emploi et de s’attaquer aux causes du chômage.

"

Retrouvez le passage de l'interview du ministre de l'Emploi:



Dans la suite de l'interview, le ministre a réaffirmé la position du gouvernement sur le travail dominical en rappelant que "le repos dominical est le principe. Il peut y avoir des dérogations" sans pour autant annoncer l'utilisation d'ordonnance dans ce dossier.

[EDIT 21h14] Ajout réaction de Rebsamen sur RTL

Du rab sur le Lab

PlusPlus