Frédéric Cuvillier, ex-secrétaire d'Etat a "peur que la gauche ne réussise pas"

Publié à 10h34, le 27 août 2014 , Modifié à 12h51, le 27 août 2014

Frédéric Cuvillier, ex-secrétaire d'Etat a "peur que la gauche ne réussise pas"
Capture d'écran d'Itélé © DR

Son départ a été moins tonitruant que celui d'Arnaud Montebourg, Benoît Hamon ou Aurélie Filippetti. Mais Frédéric Cuvillier, ancien secrétaire d'Etat aux Transports, à la Pêche et à la Mer, en a quand même gros sur le cœur. Interviewé sur iTélé le 26 août au soir, le maire de Boulogne-sur-Mer s'est livré sur le gouvernement qu'il a quitté et celui qui vient d'être formé le même jour. Pour l'ancien secrétaire d'Etat, le problème est encore plus enraciné dans le Gouvernement. Il ne se préoccupe pas assez des territoires, à en croire le seul membre du gouvernement Valls 1 a avoir gardé son fauteuil de maire : 

"

Je souhaitais que les moyens soient donnés à ce qui est un cri de désespoir, de désespérance des territoires (...) et que l'on parle peut-être plus directement au peuple français. 

"

Il confie que c'est notamment pour cette raison qu'il a quitté son poste au Gouvernement : 

"

Est-ce que le Gouvernement parlait assez aux Français ? La réponse est non. Sinon je serais resté dans ce Gouvernement.

"

Et maintenant qu'il est parti d'un gouvernement qui n'a pas "réuni les conditions permettant de faire avancer des dossiers lourds et sensibles", Frédéric Cuvillier a peur : 

"

J’ai peur que la gauche ne réussisse pas. La gauche a ce défaut, c’est de ne pas être suffisamment unie.

"

A la fin de son entretien, le ministre enfonce le clou : "Je pense qu’il est important pour toute la gauche que ce gouvernement gagne mais pour cela il faut savoir parler à toute la France."

[BONUS TRACK] Le calembour de Frédéric Cuvillier

Au matin du mercredi 27 août, Frédéric Cuvillier -qui n'a pas changé sa biographie Twitter -  a exprimé son sentiment sur Twitter au moment de son départ du Gouvernement :

Du rab sur le Lab

PlusPlus