Jean-Luc Mélenchon explique pourquoi il n'appellera pas à la dissolution de l'Assemblée (même s'il en a envie)

Publié à 10h12, le 11 avril 2014 , Modifié à 10h18, le 11 avril 2014

Jean-Luc Mélenchon explique pourquoi il n'appellera pas à la dissolution de l'Assemblée (même s'il en a envie)
Jean-Luc Mélenchon le 8 avril 2014. © Maxppp
Image Delphine Legouté


Il faudrait dissoudre l'Assemblée nationale. Mais seulement en théorie. Invité de RTL ce 11 avril, Jean-Luc Mélenchon explique pourquoi, selon lui, une dissolution serait "normale" après l'échec de la majorité aux municipales et celui annoncé pour les européennes. Mais aussi pourquoi, contrairement au Front national, il ne peut pas appeler à une telle dissolution.

"Souhaitez-vous une dissolution ?", lui demande Jean-Michel Aphatie. Réponse du leader du Front de gauche :

J’avoue que dans un pays normal, c’est ce qui se passerait. Parce que le désaveu est terrible. On peut dire qu’il y a une rémission jusqu’au 3e tour de l’élection, qui va être le seul tour de l’élection européenne … normalement le pouvoir de François Hollande est tellement affaibli qu’il serait normal de consulter le peuple.

Mais Jean-Luc Mélenchon ajoute à ce constat un principe de réalité :

- Jean-Michel Aphatie : Mais la droite serait majoritaire.

- Jean-Luc Mélenchon : Evidemment, donc ce n’est pas moi qui vais dire qu’il faut faire revenir la droite. Voilà pourquoi je ne vous répond pas : "quelle bonne idée, oui oui dissolvons !"

- Jean-Michel Aphatie : C’est uniquement pour ça ?

- Jean-Luc Mélenchon : Bien sûr ! On ne va pas aggraver les choses !

Du rab sur le Lab

PlusPlus