Jean-Marie Le Pen admet s'être fait "tromper" par un faux passage pornographique du livre de Valérie Trierweiler

Publié à 15h47, le 08 septembre 2014 , Modifié à 16h32, le 08 septembre 2014

Jean-Marie Le Pen admet s'être fait "tromper" par un faux passage pornographique du livre de Valérie Trierweiler
© Montage Le Lab | captures Canal Plus
Image Thibaut Pezerat


UN DOIGT DANS LE FAKE - Méfiez-vous des contrefaçons. Jean-Marie Le Pen aurait dû méditer ce célèbre slogan du journaliste Karl Zéro, avant de répondre au journaliste de Canal Plus qui l'interrogeait sur le livre de Valérie Trierweiler. Le président d'honneur du Front national assurait, avoir lu des "extraits pornographiques" de Merci pour ce moment. Sauf qu'il a visiblement été trompé par un fake ayant eu beaucoup de succès la semaine dernière. Le Lab vous déroule l'histoire.

Ce 8 septembre dans La Nouvelle Edition de Canal Plus, Jean-Marie Le Pen assure n'avoir lu que quelques extraits de Merci pour ce moment. Il a alors cette phrase énigmatique :

Je ne l'ai pas lu. J'en ai lu quelques extraits, dont certains extraits pornographiques, d'ailleurs. C'est une face de notre président dont je me doutais mais que je ne connaissais pas bien.

Voir la vidéo :



Au Lab, on avait pourtant bien lu le livre de Valérie Trierweiler. Rien de porno. Nous avons alors contacté le président d'honneur du Front national. Il flaire alors le fake, et donne plus de précisions quant au passage du bouquin en question :

Je me demande si je n'ai pas été trompé par une citation qui était sur le net et dont je n'ai pas vérifié la réalité.

C'était paru sur le net en disant que le président lui avait mis un doigt dans le cul. Dans l'anus. Encore une fois, comme je ne l'ai pas lu, et que je me méfie de ce qui paraît sur internet... J'ai peur que ce soit une tromperie.

Jean-Marie Le Pen précise avoir vu ce passage sur Facebook, et se fait philosophe :

C'est une bonne leçon qu'il ne faut pas prendre tout ce qu'on voit, tout ce qu'on entend, tout ce qu'on nous dit. Quand on disait que c'était une confession très intime, je me disais que ce n'était pas tout à fait invraisemblable.

Selon toute vraisemblance, Jean-Marie Le Pen est tombé sur un canular du journaliste Alexandre Hervaud. Lequel avait rédigé un faux extrait du livre parlant  :



L'auteur du canular s'est d'ailleurs ému dans un tweet d'avoir ainsi berné l'ancien candidat à la présidentielle.

Du rab sur le Lab

PlusPlus