Joëlle Bergeron, candidate FN aux européennes, se prononce pour le droit de vote des étrangers aux élections locales

Publié à 15h53, le 21 mai 2014 , Modifié à 15h43, le 26 mai 2014

Joëlle Bergeron, candidate FN aux européennes, se prononce pour le droit de vote des étrangers aux élections locales
Image Sébastien Tronche


A CONTRE-COURANT - "Ça me paraît logique et normal." A rebours de son parti, Joëlle Bergeron, numéro 2 sur la liste FN pour les élections européennes dans la région Ouest, est favorable au droit de vote des étrangers, non communautaires, aux élections locales.

[Edit 26 mai] Même si la liste FN est arrivée en deuxième position, derrière l'UMP, dans la région Ouest, Joëlle Bergeron a été élue mais devra céder son siège au numéro 3 de sa liste. Elle a en effet donné sa démission, comme l'annonce Ouest-France sur son site internet.

Le 19 mai, à Rennes, lors d’un débat organisé par la Cimade – association qui travaille sur les droits des migrants – avec plusieurs candidats aux élections européennes et diffusé par la radio locale Canal b, la candidate frontiste, interrogée par la salle, a ainsi livré son sentiment sur le droit de vote des étrangers :

Moi j’y suis favorable. Je vous le dis, j’y suis favorable. Je ne sais pas quelle est la position du Front national, et pour le coup, je m’en fiche. En tant qu’individu, je suis favorable à ce qu’un étranger qui travaille, et paye des impôts en France, vote.

Ecoutez le son de cette déclaration surprenante :



Celle qui était la candidate du parti de Marine Le Pen aux municipales à Lorient s’oppose donc à la ligne de son parti.

Le 6 mai 2014, dans la foulée du passage de François Hollande dans la matinale de BFM TV, la présidente du FN s’était fendue d’un communiqué pour rappeler sa position, farouchement opposée à ouvrir ce droit :

Le Front National rappelle à François Hollande que la citoyenneté est indissociable de la nationalité et que le droit de vote est un droit exclusif des citoyens français qui ne se partage pas.

Ainsi le FN "s’opposera avec détermination à une loi qui entend retirer au peuple français l’exclusivité de son pouvoir sacré à exercer sa souveraineté et à décider de son destin", est-il encore écrit dans ce communiqué alors que le parti d’extrême droite a également lancé une pétition contre le droit de vote des étrangers.

Contactée, la direction du FN n'a pas souhaité s'exprimer. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus