La gifle que l'épouse de Jean-François Copé a rêvé de donner à Franz-Olivier Giesbert

Publié à 11h18, le 27 mars 2014 , Modifié à 19h44, le 27 mars 2014

La gifle que l'épouse de Jean-François Copé a rêvé de donner à Franz-Olivier Giesbert
Nadia et Jean-François Copé en septembre 2013
Image Delphine Legouté


LA CLAQUE - On le sait, Jean-François Copé est persuadé que Franz-Olivier Giesbert, ex-patron du Point, mène une vindicte personnelle contre lui. L'affaire "Bygmalion" révélée par le magazine n'a fait que renforcer les choses. Quelques mois plus tôt, dans l'émission Des paroles et des actes sur France 2, FOG avait déjà des mots très durs à l'encontre du patron contesté de l'UMP. Ce soir-là, son épouse, Nadia Copé, est sur le plateau. Et elle a *très* envie ... de gifler le journaliste.

C'est ce qu'elle a confié à Guillaume Durand lors d'un dîner le 18 mars. Le journaliste de Radio Classique en fait part dans une chronique ce 27 mars dans l'Opinion. Voici ce qu'il écrit :

Avant le plat principal, Nadia confie, avec un sourire de pasionaria, qu'elle aurait volontiers giflé Franz-Olivier Giesbert, à la fin de l'émission Des paroles et de des actes.

Une envie dont elle aurait fait part au principal intéressé qui lui aurait répondu :

Je suis là pour faire le show, il fallait me la coller, la claque !

Dans un DPDA d'octobre 2013, Franz-Olivier Giesbert a en effet sérieusement critiqué le président de l'UMP en fin d'émission, lui disant qu'il n'avait "pas d'autorité et une légitimité écornée", mais aussi qu'il avait "triché pour prendre le parti" et que France 2 venait de recevoir "la personnalité la plus impopulaire de France".

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo, passage à partir de 2h16 :





BONUS TRACK

Au cours du même dîner, Jean-François Copé a livré une analyse inédite sur Nicolas Sarkozy. Le patron de l'UMP regrette que personne ne se souvienne des bons résultats "en matière de chômage et de réduction de la dette entre 2004 et 2007", lorsqu'il était ministre délégué au Budget. La faute à qui ? A celui qui a pris la présidence de la République en 2007 :

Sarkozy a été très efficace pour convaincre la presse qu'avant lui la lumière n'existait pas.

Du rab sur le Lab

PlusPlus