La mairie de Paris fait retirer des affiches hostiles à Anne Hidalgo par ses services municipaux

Publié à 17h07, le 25 février 2014 , Modifié à 12h35, le 26 février 2014

La mairie de Paris fait retirer des affiches hostiles à Anne Hidalgo par ses services municipaux
Image Le Lab


DOCUMENT LAB - La mairie de Paris a très à cœur de garder les rues de la capitale propres. Bien propres. Et, surtout, dénuées des affiches hostiles à Anne Hidalgo apparues ces derniers jours un peu partout dans la ville. Dans un document que s'est procuré le Lab, on apprend que le service de propreté de l'hôtel de ville a demandé le 18 février dernier aux agents de nettoyage de repérer et de rapporter à leurs supérieurs la localisation d'affiches critiquant la candidate socialiste à la mairie de Paris, par ailleurs Première adjointe de Bertrand Delanoë.

Dans un premier mail d'une importance "haute" qui a pour objet "URGENT affichage sauvage", c'est un simple responsable du service propreté du 11e arrondissement qui informe ses équipes de la présence de ces affiches "mettant en cause Anne Hidalgo", souvent accrochées à "des plots de béton". Il faut reconnaître à la mairie de Paris un certain sens de la réactivité: ce message est envoyé aux équipes de nettoyage quelques heures après la découverte desdites affiches.

Voir le mail :

 


Le responsable du service propreté du 11e arrondissement de Paris, qui envoie ce mail, enjoint ses équipes à signaler la présence de ces posters hostiles à la candidate socialiste à la mairie de Paris en effectuant des "tournées de surveillance". Avec un objectif, le "désaffichage" :

Merci aux divisions d'engager des tournées de surveillance et de procéder dans les meilleurs délais aux signalements des sites concernés à la circonscription fonctionnelle afin que les équipes de désaffichage puissent intervenir

Mais l'affaire ne reste pas circonscrite au seul 11e arrondissement. Car dans un transfert de mail, envoyé le même jour, le chef des services de propreté du 11e informe ses équipes que le "STPP" a demandé une "synthèse" des observations des agents techniques sur le terrain. En clair: le Service Technique de la Propreté de Paris, l'un des plus gros services de la mairie de Paris, qui a notamment la charge de la collecte des déchets et le nettoyage des rues, s'est saisi du sujet et demande des remontées du terrain.

Voir ce second mail :

 


L'authenticité de ces mails a été confirmée au Lab par le cabinet de Bertrand Delanoë. L'équipe de l'actuel maire de Paris assure que ce message fait partie d'une politique globale de nettoyage des rues, et non spécifique à Anne Hidalgo :

Ça ne vise pas du tout uniquement Anne Hidalgo. Ce sont des mesures de lutte contre l'affichage sauvage de l'ensemble des partis politiques. C'est la réalité. Il a été demandé de manière totalement officielle d'engager des opérations de nettoyage de l'affichage sauvage. Pas spécifiquement concernant Anne Hidalgo.

Vous savez donc quoi faire si vous apercevez des affiches hostiles à tous les autres candidats: prévenez la mairie de Paris.

> Edit 18h20: Le Canard Enchaîné a également mis la main sur ces mails. Dans un article publié dans son édition du 26 février, l'hebdomadaire imprime peu ou prou le même texte, et affiche le nom de l'expéditeur: Sylvie Borst, ingénieuse en chef au service technique de la propreté de Paris, le fameux STPP évoqué plus haut. Selon le palmipède, les affiches incriminées étaient celles de Nicolas Miguet, "vibionnant homme d'affaires proche de l'extrême-droite". Anne Hidalgo y apparaît barrée d'un bandeau devant les yeux avec pour sous-titre: "Derrière le sourire... la facture !".

Par Thibaut Pézerat, avec Antoine Bayet.

Du rab sur le Lab

PlusPlus