Laurent Fabius répond aux critiques de Cécile Duflot... par une phrase de Jean-Vincent Placé, son collègue à EELV

Publié à 10h07, le 22 août 2014 , Modifié à 10h07, le 22 août 2014

Laurent Fabius répond aux critiques de Cécile Duflot... par une phrase de Jean-Vincent Placé, son collègue à EELV
Laurent Fabius le vendredi 22 août © Captures d'écran BFMTV

BOUCLIER FORCE VERTE - Au matin de ce vendredi 22 août, Laurent Fabius a joué au chat et à la souris avec Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV. Interrogé au sujet du livre de Cécile Duflot, “De l’Intérieur. Voyage au pays de la désillusion” et aux critiques de son ancienne collègue au Gouvernement, le ministre des Affaires Etrangères a dégainé... un petit carton. Un faire-part sur lequel figure une phrase de Jean-Vincent Placé, parlementaire EELV comme Cécile Duflot.

"

J’ai là un petit carton… j’ai mis une phrase de monsieur Jean-Vincent Placé qui dit ‘il faut éviter les commentaires excessifs et stigmatisants.’ Il a raison, point à la ligne.

"

Laurent Fabius se refusant à tout autre commentaire, Jean-Jacques Bourdin se renquérit : “C’est digne ou c’est indigne ?” Le ministre botte en touche : “La réponse est dans votre question”. Un peu après, il finit par lâcher “Je réponds par un sourire distancié, et attristé.

[Bonus Track] Les rançons ? Je ne rentre pas dans ce débat.

Il n’y a pas que Cécile Duflot qui a réduit Laurent Fabius au silence. Un peu plus tôt, il a été interrogé sur un sujet autrement plus grave : le paiement supposé des rançons par la France contre des otages. Questionné à propos d’un reportage du New York Times qui présente la France comme le pays payant le plus de rançons au monde, Laurent Fabius s’est fermé d’un coup : “je ne rentre pas là-dedans.”

La position officielle de la France est en effet le non-paiement des rançons en échanges d’otages.

Du rab sur le Lab

PlusPlus