Le député PCF Jean-Jacques Candelier demande la dissolution de la Ligue de défense juive

Publié à 10h38, le 21 juillet 2014 , Modifié à 10h38, le 21 juillet 2014

Le député PCF Jean-Jacques Candelier demande la dissolution de la Ligue de défense juive
Jean-Jacques Candelier. © Maxppp.
Image Sébastien Tronche


Le 13 juillet, une manifestation pro-palestinienne dégénérait, provoquant notamment des affrontements devant une synagogue rue de la Roquette à Paris. Plusieurs versions de ces heurts se sont opposées, dont celle de la Ligue de défense juive (LDJ), un mouvement sioniste extrémiste présent sur place et accusé par certains d'avoir attisé les tensions.

Après les nouveaux débordements – qualifiés de "nouvel antisémitisme", par Manuel Valls - en marge des manifestations pro-Gaza interdites, à Paris puis à Sarcelles le week-end du 19 juillet, le député communiste Jean-Jacques Candelier s’en prend à cette organisation.

Dans une lettre ouverte à François Hollande sur la situation en Palestine et sur les interdictions de manifester dans certaines villes de France, publiée sur Facebook le 19 juillet, Jean-Jacques Candelier demande expressément la dissolution de la LDJ, qualifiant l’organisation de "barbare" et rappelant qu’elle est interdite aux Etats-Unis mais aussi en Israël.

J’en profite pour réclamer la dissolution administrative de la Ligue de Défense Juive, organisation criminelle, classée organisation terroriste par le FBI, et interdite d'activité en Israël comme aux États-Unis. L'impunité de ces barbares dont le seul but est de créer un amalgame entre judaïsme et sionisme est inacceptable.

L’élu Front de gauche du Nord réitère sa demande, ce lundi 21 juillet sur Twitter, interpellant ce coup-ci Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur et qualifiant cette fois-ci la LDJ "d’organisation criminelle fasciste".



Du rab sur le Lab

PlusPlus