Le ministre du Travail, François Rebsamen, ne ferme pas la porte à un assouplissement des 35 heures

Publié à 11h06, le 25 novembre 2014 , Modifié à 11h09, le 25 novembre 2014

Le ministre du Travail, François Rebsamen, ne ferme pas la porte à un assouplissement des 35 heures
François Rebsamen © REUTERS/Philippe Wojazer

TOTEM - Le temps de travail va-t-il être encore assoupli ? Pour François Rebsamen, il n'y a "pas de tabou". Interrogé ce mardi 25 novembre sur RTL sur ce sujet, le ministre du Travail a affirmé :

"

S'il faut donner un peu plus de souplesse, pourquoi pas.

"

L'ancien maire de Dijon a cependant ajouté que les 35 heures devaient "rester la référence légale" et que la "législation ne changera pas". Il a également rappelé que l'accord national interprofessionnel de 2013 sur la sécurisation de l'emploi permet déjà à des entreprises "de moduler", "avec l'accord des organisations syndicales" de manière "défensive" pour préserver l'emploi.

Ce dernier s'est dit ainsi "totalement" d'accord avec son collègue à l'Economie, Emmanuel Macron. Interrogé la semaine dernière par la commission d'enquête parlementaire sur l'impact des 35 heures, l'ancien banquier d'affaires avait alors réitéré son souhait, déjà formulé en août dernier dans une interview polémique au Point, d'assouplir la loi Aubry.

Cette semaine, les deux membres du gouvernement devraient trouver un soutien de poids avec le rapport sur la croissance que l'économiste français Jean Pisani-Ferry et l'allemand Henrik Enderlein doivent rendre jeudi à la demande de Paris et Berlin. Dans ce document, les deux experts plaideraient eux-aussi pour un assouplissement des 35 heures selon le journal d'outre-Rhin Der Spiegel.

Reste à savoir si François Rebsamen assumera mieux ses propos que son interview au magazine Le Miroir, dépubliée quelques minutes après sa mise en ligne, à la demande du ministre.
Dans cet entretien, le ministre avait déjà exprimé la nécessité "d'adapter notre système social, en renforçant les contrôles, en assouplissant les seuils [sociaux, ndlr], la législation sur les 35 heures, en autorisant le travail le dimanche".

De son côté, Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, d'ores et déjà prévenu qu'il n'y aurait pas en France de remise en cause des 35 heures.

Du rab sur le Lab

PlusPlus