Le sénateur-maire FN de Fréjus interdit à la presse nationale d'assister aux réunions de quartier

Publié à 09h24, le 02 octobre 2014 , Modifié à 09h32, le 02 octobre 2014

Le sénateur-maire FN de Fréjus interdit à la presse nationale d'assister aux réunions de quartier
David Rachline © REUTERS/Eric Gaillard

David Rachline, élu sénateur dimanche 28 septembre, est un peu méfiant envers la presse. Mais, face aux journalistes qui viennent dans les villes FN comme on va "au zoo", selon les mots de Marine Le Pen, le sénateur-maire de Fréjus a une solution : il a décidé d'exclure la presse nationale des conseils de quartier.

C'est ce qui est arrivé, lundi 22 septembre, à un journaliste de France Info venu assister à une réunion publique où étaient débattus, entre autre, une demande d’installation d’un ralentisseur ou l'élagage d'un arbre près d'un câble téléphonique. De lourds dossiers susceptibles de faire trembler la mairie frontiste ? Pas vraiment. Mais le reporter de France Info s'est pourtant vu interdire l'accès à cette réunion par le chef de cabinet du maire alors que d'autres journalistes étaient présents. Voici ce que ce dernier a déclaré :

La presse locale est autorisée, pas la presse nationale.

Le journaliste commence pourtant à assister aux débats. Puis, au bout d'une dizaine de minutes, Fabrice Curti, adjoint aux Sports, l'interpelle et lui demande de quitter la salle. C'est sérieux : l'adjoint vient "d’avoir le maire au téléphone". Il appelle même un policier pour faire évacuer le reporter.

Ce dernier peut rester finalement, mais à une condition : ne pas enregistrer la réunion.

On croit l'incident terminé, et puis en fait, non. Peu après, Patrick Renard, adjoint à la Sécurité, demande à nouveau au journaliste de quitter les lieux. Il joint la mairie par téléphone. "Ça risque de faire un peu scandale non ?", s'inquiète-t-il .

Un scandale ? Quel scandale ? Le journaliste peut assister à la fin de la réunion.

Interrogé le lendemain par France Info, David Rachline assume totalement son choix d'interdire à la presse nationale d'assister à des séances publiques de conseils de quartiers. Il a expliqué :

[C'est pour] respecter la démocratie locale, éviter les observations qui mettraient mal à l’aise les habitants de la ville.

Selon France Info, David Rachline veut surtout interdire à ses adjoints d'apparaître dans les médias à sa place. D'ailleurs, au conseil de quartier en question, le maire était absent ; seuls ses adjoints étaient présents. Pour preuve, mardi 23 septembre, le journaliste de France Info a été invité à assister à un autre conseil de quartier. Cette fois, le maire de Fréjus y participait. 

Début septembre, une journaliste de Mediapart avait été exclue des universités d'été du Front national de la jeunesse, organisées à... Fréjus.

Du rab sur le Lab

PlusPlus