On a vérifié les mensonges présumés de Christiane Taubira sur son niveau de diplôme

Publié à 17h40, le 28 mars 2014 , Modifié à 18h34, le 28 mars 2014

On a vérifié les mensonges présumés  de Christiane Taubira sur son niveau de diplôme
(Maxppp)

L'information se diffuse ce 28 mars sur les sites réactionnaires de droite, nés sous la mouvance anti-mariage homo, comme Le Salon beige ou Boulevard Voltaire : Christiane Taubira aurait menti sur ses diplômescar elle ne possède pas de doctorat.

Ces deux sites se basent sur une information délivrée dans l'ouvrage de Philippe Bilger, ancien avocat général à la cour d'assises de Paris, auteur d'un livre à paraitre le 2 avril, Contre la justice laxiste. Une information elle-même mise en avant par le Nouvel Observateur du 27 mars dans ses "téléphones rouges".

A la page 110 de cet ouvrage qui cible la politique ainsi que la personnalité de la garde des Sceaux, on comprend en effet que Christiane Taubira ment sur ses diplômes. Voici le passage :

"

Elle a laissé dire, et ne l'a jamais contesté dans l'espace médiatique, qu'elle avait deux doctorats, l'un en économie, l'autre en ethnologie. (...) Pourtant de ceux-ci pas le moindre indice ! Mieux elle fait tout pour que la confusion soit entretenue. Au cours de l'émission Des paroles et des Actes du jeudi 5 septembre 2013, alors que David Pujadas la présente en rappelant qu'elle est titulaire de deux doctorats, elle opine du chef, sans apporter aucune précision.

Autre indice troublant : sur le site du gouvernement, une rubrique décrit le cursus, le parcours de chaque ministre. Elle est la seule pour laquelle l'article fait défaut.

Dans son curriculum vitae paru sur le web n'est mentionné qu'un doctorat en sciences économiques soutenu à Paris-II Assas. Les recherches à ce sujet sur le site des thèses et au bureau des doctorats n'en confirment pas l'existence.

"

En reprenant un à un les seuls indices présentés par Philppe Bilger, il est cependant impossible de dire que la ministre ment sur ses diplômes

>> Quid du CV mentionnant un doctorat ?

En réalité, il est très difficile de trouver la formation universitaire de la ministre sur le web. Si de nombreux sites d'informations la présentent comme titulaire de deux doctorats, aucun document officiel n'en fait mention. Comme le souligne Philippe Bilger, son cursus n'apparait pas sur le site du gouvernement. Mais elle n'est pas un cas à part puisque c'est vrai pour d'autres ministres, comme François Lamy.

Le seul site faisant état d'un CV détaillé est celui qu'elle possédait lorsqu'elle était députée de Guyane, qui n'existe plus aujourd'hui. Grâce au site "archive.org" on peut cependant retrouver son contenu. Christiane Taubira fait mention d'un 3e cycle en économie, d'un 3e cycle en agro-alimentaire et d'études en sociologie et ethnologie afro-américaine. Pas d'un doctorat.

 

Enfin, dans le trombinoscope politique, vers lequel renvoie son cabinet lorsqu'on lui demande un document officiel, il n'est fait mention que "d'un troisième cycle de sciences économiques". Toujours pas de doctorat.

Le cabinet de la ministre va dans ce sens en confirmant qu'elle n'a "jamais fait de thèse ni de doctorat", qu'il est donc normal que Philippe Bilger n'en ait pas trouvé trace :

"

La ministre n'a jamais dit qu'elle avait un doctorat, et aucun document validé par la ministre n'en fait état.

"

La ligne de défense est donc simple : pas de doctorat certes, mais surtout pas d'affirmation de doctorat de la part de Christiane Taubira.

Reste ce CV "paru sur le web" auquel le magistrat fait référence et qui se vanterait dudit doctorat en sciences économiques. Contacté par le Lab qui n'en trouvait pas trace, Philippe Bilger reconnaît qu'il n'existe pas, mais assure "avoir des informations fiables à ce sujet" :

"

Moi, je ne l'ai pas vu ce CV.

"

>> Le passage dans Des paroles et des Actes

Au Lab, Philippe Bilger insiste particulièrement sur le "laisser dire" de la ministre. Selon lui, elle est surtout coupable de n'avoir jamais démenti être titulaire de ces diplômes. Il insiste particulièrement sur son passage dans Des paroles et des actes le 5 septembre 2013, révélateur selon lui de cette hypocrisie.

La scène est facile à repérer puisqu'elle se déroule moins d'une minute avant le début de l'émission. David Pujadas égraine en effet les diplômes : "Vous avez un doctorat d'Economie, un doctorat d’Ethnologie, un diplôme supérieur d’Agroalimentaire." Pourtant loin "d'opiner du chef" comme l'affirme le magistrat, Christiane Taubira reste statique et fronce même les sourcils. Elle commence son intervention en disant vouloir "revenir sur le portrait", puis s'oublie dans sa réponse et n'y revient jamais.

Voyez plutôt :

 

Plus tard, alors que le journaliste lui rappelle à nouveau qu'elle a un doctorat d'économie, Christiane Taubira rétorque :

"

Arrêtez de m’additionner des diplômes.

"

Bref, pas de fracassant démenti mais pas de validation non plus, contrairement à ce qu'écrit le magistrat et les sites reprenant l'information.

>> Quels sont les réels diplômes avancés par Christiane Taubira ?

Interrogé sur les réels diplômes de la ministre, son cabinet énumère ceux présents sur son site de députée, celui inactif depuis au moins deux ans. A savoir :

- un troisième cycle en économie validé, "qui serait l'équivalent d'un Master 2 aujourd'hui". (depuis la réforme LMD de 2003, le 3e cycle correspond soit à un doctorat, soit à un Master 2) ;

- un troisième cycle en agro-alimentaire.

Quant à la référence à la "sociologie" et à "l'ethnologie", elle correspond à des cours suivis durant ses études mais non validés, explique son cabinet. De fait, son CV ne les présente pas comme des diplômes.

Notons qu'à date, Le Lab n'a pas été en mesure de vérifier si Christiane Taubira avait bien validé ses 3e cycle.

Du rab sur le Lab

PlusPlus