Pour Valérie Rabault, Montauban a des airs de dictature après l'expulsion d'un journaliste du conseil municipal

Publié à 18h05, le 26 novembre 2014 , Modifié à 08h32, le 27 novembre 2014

Pour Valérie Rabault, Montauban a des airs de dictature après l'expulsion d'un journaliste du conseil municipal
Valérie Rabault © Max PPP Vincent Isore

#DeniDeDemocratie- Après l'évacuation musclée d'un journaliste au conseil municipal de Montauban mardi 25 novembre, la socialiste Valérie Rabault dénonce un "déni de démocratie" dans cette ville dirigée par la maire UMP Brigitte Barèges, membre de la Droite Populaire.

Présente au conseil, la députée PS, rapporteure du budget à l'Assemblée, a relaté l'événement sur sa page Facebook. Elle s'est indignée des "méthodes employées" et tient "à disposition de celles et ceux qui le souhaiteraient des vidéos" filmées avec son téléphone personnel.

Elle a dénoncé des airs de dictature au conseil municipal. "Seul les dictatures bâillonent la presse", écrit-elle.

"

Démocratie, démocratie à Montauban....

Hier soir, nous avons vécu un épisode triste pour notre démocratie

Nous étions en conseil municipal à Montauban qui se tenait normalement (la séance n'avait pas été déclarée à huis clos).

L'examen des différentes délibérations se déroulaient de manière sereine, c'est à dire idée contre idée. C'est au moment de la question d'une élue du groupe Montauban citoyenne sur les festivals à Montauban que les choses ont basculé. 

[...]

La démocratie, c'est un combat de tous les jours. Seules les dictatures bâillonnent la presse. A Montauban, nous voulons que la démocratie puisse vivre. Et nous continuerons à nous battre pour elle.

"

"On ne devrait jamais quitter Montauban" disait Lino Ventura dans les Tontons Flingueurs. Une phrase que ne risque de prononcer de sitôt Michel Lecompte. Caméraman pour le réseau social Networkvisio, c'est lui qui s'est fait expulsé du conseil municipal alors qu'il filmait les débats. Il a depuis déposé plainte pour "violence sur personne physique", comme le rapporte Libération.

Cette houleuse expulsion a été elle-même capturée par les caméras de la Dépêche du Midi


Du rab sur le Lab

PlusPlus