Sexisme : Pierre Lellouche accuse le Grand Journal de l’avoir piégé "dans un guet-apens"

Publié à 07h12, le 27 mars 2014 , Modifié à 15h04, le 27 mars 2014

Sexisme : Pierre Lellouche accuse le Grand Journal de l’avoir piégé "dans un guet-apens"
Pierre Lellouche. © Maxppp/

Accusé de sexisme par la tête de liste EELV dans le 8e arrondissement de Paris, Claire Carré, le député UMP Pierre Lellouche contre-attaque. En portant plainte tout d’abord pour diffamation contre l’écologiste. Et en s’en prenant au Grand Journal de Canal Plus, qu’il accuse de l’avoir piégé.

La scène se déroule le mardi 25 mars dans l’émission quotidienne phare de la chaîne cryptée. En tout fin de première partie d’émission, après la météo, il lui est soumis "une dernière question" qui porte… sur sa déclaration supposée sexiste à l’encontre des écolos, témoignage de Claire Carré à l’appui. Ses propos ont été "déformés", assure-t-il, alors que Noël Mamère, présent en plateau, ressort alors un vieux dossier et une déclaration de l’élu UMP lors de la discussion sur le PACS en 1999.

"Pendant la première partie de l'émission, je mets une grosse beigne aux deux députés et aux trois journalistes", explique au Lab Pierre Lellouche. Qui ajoute :

"

Je gagne cette manche-là contre les cinq. Et puis tout à fait à la fin, à la partie people. A la dernière minute, Hélène Jouan dit que j'ai tenu des propos sexistes.

"

Un piège orchestré volontairement, affirme encore au Lab celui qui figure en deuxième position sur la liste UMP dans le 8e arrondissement de la capitale.

"

Je l'ai perçu comme un guet-apens. Ce n'est pas possible que Noël Mamère se balade avec mes déclarations d'il y a 15 ans dans la proche. Je doute qu’il soit là tous les matins en ayant en totalité en tête toutes mes déclarations.

"

Voir la séquence de l'émission :

Certain que le député-maire de Bègles était "au courant de l'interview de madame Carré pendant l'émission" afin de faire "le lien entre cette soi-disant affaire de sexisme et des propos vieux de 15 ans", Pierre Lellouche examine, avec son avocat, la possibilité de porter plainte contre Canal Plus étant donné, selon lui, "la façon dont l’émission a été conduite".

"

J’envisage de porter plainte contre la rédaction du Grand Journal. Contre ce qui est ni plus ni moins qu'un guet-apens. Ce sont des méthodes totalitaires qui sont utilisées. Ce sont des méthodes de désinformation. Quand on a envie de piéger quelqu'un. C'est Kafka.

"

Jointe par l'AFP, Claire Carré a confirmé sa version et qualifié Pierre Lellouche d'"homme sans scrupules, qui mène une politique d'un autre âge", et qui a eu ce soir-là "un comportement sexiste qui n'a pas lieu d'être en 2014". Dimanche 23 mars au soir du premier tour des élections législatives, l’écologiste avait accusé sur Twitter :

"

Lellouche qui me dit droit dans les yeux : "Les écolos, vous êtes trop belles et bonnes de toute façon. Et puis, Pompili... Olalala !" OMG

"

"J'ai dit que ça comptait dans la vie d'avoir un bon physique. On a voulu la féliciter, voilà tout. On ne peut plus rien dire dans ce pays. Il n'y avait aucune agression. C'est du grand n'importe quoi", avait réagi à chaud, au Lab, le député UMP, dimanche soir, assurant avoir des témoins prouvant qu’il n’a pas "tenu de propos graveleux".

Pierre Lellouche, qui dénonce une "délation" à visée électorale entre les deux tours de l'élection municipale, va ainsi engager une procédure pour diffamation. Et assure au Lab qu’il se "battra à mort là-dessus", visant Claire Carré ainsi que le Grand Journal.

Et de conclure :

"

Cette affaire est emblématique d'une dictature du politiquement correct que certaines personnes ont envie d'imposer.

"

Dans la journée du 27 mars, Le Grand Journal contre-attaque. Le producteur de l'émission affirme à nos confrères de PureMedias que Noël Mamère n'avait pas été prévenu que ce sujet serait abordé dans l'émission :

"

Claire Carré a appris par elle-même que Noël Mamère serait présent et a pris contact avec lui. C'est lui qui a décider de préparer une sortie au cas où ce tweet et ces propos seraient évoqués. Nous l'avons découvert en même temps que le téléspectateur.

"

Le Grand Journal affirme détenir les preuves de sa bonne foi en cas d'attaque judiciaire de Pierre Lellouche.

Sébastien Tronche et Thibaut Pézerat

Edit 15h00: ajout citations Le Grand Journal

Du rab sur le Lab

PlusPlus