"Va la France, va ma belle patrie": le coeur et la voix serrés de Jean-Luc Mélenchon en conférence de presse

Publié à 01h12, le 26 mai 2014 , Modifié à 01h21, le 26 mai 2014

"Va la France, va ma belle patrie": le coeur et la voix serrés de Jean-Luc Mélenchon en conférence de presse
Montage Le Lab
Image Thibaut Pezerat


"J'ai le coeur qui saigne, ce soir", annonce d'emblée Jean-Luc Mélenchon en ouverture de sa conférence de presse. Et ça se voit. L'ancien candidat à la présidentielle a le visage bien sombre en ce 25 mai, lorsqu'il se présente aux journalistes. En clôture de son discours, l'ancien candidat à la présidentielle, très ému, finit par s'adresser au peuple français et par quitter le pupitre, sans que l'on sache bien si son discours était bien terminé :

Va, la France. Va, ma belle patrie. Allez les travailleurs, ressaisissez-vous, ne laissez pas que tout ça soit fait en votre nom. Ne permettez pas... Ne permettez pas que la France soit autre chose que ce qu'elle est dans le coeur du monde entier... 

Voir la vidéo :



Plus tôt, Jean-Luc Mélenchon estimait que la France était"entrée en éruption" avec la victoire du Front national, en tentant de faire le bilan de la campagne : 

D'aucuns ont réussi à faire croire que c'étaient les immigrés, que c'étaient les mœurs, que c'était la nature du mariage qui posait problème dans ce pays. Si bien que en France, comme dans de nombreux autres pays d'Europe, c'est une vague brune qui se lève. 

Alors que certains minimisent l'importance de la victoire de l'extrême-droite à l'échelle européenne, Jean-Luc Mélenchon se veut lucide :

On me permettra au moins un instant qu'on ne fasse pas semblant de se dire que tout continue comme avant car en vérité rien ne continuera comme avant

Le co-président du Parti de gauche estime que la responsabilité d'un tel échec incombe notamment à François Hollande, coupable selon lui de mener une politique de droite :

De toutes les fautes innombrables faites par l'équipe à l'Elysée, le crime le plus impardonnable est de nous avoir volé nos mots. Si bien que la gauche est à son plus bas niveau depuis je ne sais pas combien de temps. 

A mesure que la charge émotionnelle monte, Jean-Luc Mélenchon promet à ses supporters l'unité au sein de ce qu'il appelle "l'opposition de gauche". 

Nous nous présentons unis, nous sommes unis et nous le resterons. Il y a des difficultés toujours, parce que ce n'est pas évident de savoir de quel côté aller. Nous sommes le point d'appui du futur, la force qui ne chancelle jamais.

Voir l'intégralité de la vidéo ici, partagée sur les réseaux sociaux par Jean-Luc Mélenchon lui-même :



Du rab sur le Lab

PlusPlus