A trois jours d'une réunion censée l'organiser, Jean-Christophe Cambadelis enterre la primaire en cas de candidature Hollande

Publié à 17h04, le 15 juin 2016 , Modifié à 17h30, le 15 juin 2016

A trois jours d'une réunion censée l'organiser, Jean-Christophe Cambadelis enterre la primaire en cas de candidature Hollande

La justice a tranché. Elle déboute ce mercredi 15 juin, les trois militants PS qui l'avaient saisie à propos de l'application des statuts du PS concernant la primaire. Statuts qui stipulent l'organisation d'une primaire. La 1ère chambre civile du tribunal de grande instance de Paris explique, selon l'AFP, que "la rédaction des articles des statuts du parti relatifs à l'organisation de la primaire "apparaît contradictoire, ou à tout le moins ambiguë". Et "au regard de ces équivoques, aucune obligation de résultat ne saurait dès lors être attachée à ces dispositions statutaires".

Une aubaine pour le patron du PS qui a donc sur Twitter renvoyé la question au Conseil national du PS du samedi 18 juin.

 

Pourtant, le principe de la primaire était acté par le parti, restait à en fixer les modalités... Ou pas. Sur LCP, toujours ce 15 juin, le Premier secrétaire explique  :

"

Il peut y avoir plusieurs autres possibilités (que la primaire). C'est une possibilité de faire un congres extraordinaire pour changer les statuts. (...) Si on change les statuts, c'est pas pour dire qu'on est dans la primaire. C'est une possibilité. Tout cela est sur la table, nous allons en discuter le 18 juin.  (...) Il y a plusieurs autres possibilités. Mon "first best", c'est la primaire de toute la gauche. (...) Après, il y a d'autres possibilités. Le changement de statuts et un congrès extraordinaire qui permette de le faire. Il peut y avoir une primaire du Parti socialiste, il peut y avoir aussi une désignation, une confirmation. Il y a 4-5 possibilités sur la table.  

"

Pourtant l'ordre du jour de la réunion de samedi est clair. Il stipule : "Suivi de l'organisation et du calendrier des primaires et de la gauche et des écologistes".

Jean-Christophe Cambadélis refuse de se proclamer en faveur d'un changement des statuts. Par élimination, la primaire de toute la gauche étant exclue (Jean-Luc Mélenchon n'en veut pas, le PCF ne veut pas de Hollande etc etc), le choix suivant de Cambadélis est donc un congrès extraordinaire qui permette à François Hollande d'enjamber la case primaire. Un parlementaire important explique que si primaire il y a, elle sera à minima. Et que si François Hollande se décide, de primaire il ne sera plus question. Ajoutant auprès du Lab : "Les autres que Hollande sont moins bons. C'est dire !"      

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus