À Nice, François Fillon adapte une formule de Marine Le Pen sur le terrorisme

Publié à 18h45, le 17 avril 2017 , Modifié à 19h11, le 17 avril 2017

À Nice, François Fillon adapte une formule de Marine Le Pen sur le terrorisme
© DR
Image Sylvain Chazot


François Fillon muscle clairement son jeu. À six jours du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat de Les Républicains est en meeting à Nice, ce lundi 17 avril. Dans la ville frappée le 14 juillet par un effroyable attentat qui a coûté la vie à 86 personnes, l'ancien Premier ministre parle sécurité, terrorisme et extrémisme islamiste. Le ton est fort. Les mots sont durs. Il dit :

Madame Taubira a justifié tous ses renoncements par le manque de places en prison. Parlons-en, de la surpopulation carcérale ! Elle met en danger le personnel pénitentiaire, et elle dégrade tout le travail de réinsertion des anciens détenus. Disons-le franchement : la prison aujourd’hui, c’est devenu l’université de la délinquance et, dans certains quartiers pénitenciers, l’université du fanatisme islamique !

À voir ci-dessous en vidéo :





Cette phrase ne sort pas de nulle part. Elle est l'adaptation d'une formule lancée à deux reprises par Marine Le Pen à l'occasion du débat à 11 organisé sur BFTMV et CNEWS le 4 avril dernier. La présidente du FN voyait plus large et ne parlait pas seulement des prisons mais de la France en général. Elle disait :

Maintenant nous avons le fondamentalisme islamiste sur notre sol. La France est une université des djihadistes. Je le dis clairement : la France est une université des djihadistes.

Une sortie qui avait passablement énervé Benoît Hamon. "Daech, ça vous arrange, madame Le Pen. Ça vous arrange, ça vous fait prospérer", avait attaqué le candidat du PS.

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> VIDÉO - Christian Estrosi sifflé au meeting de François Fillon alors qu'il s'en prend à Marine Le Pen

Du rab sur le Lab

PlusPlus