"Abruti, fainéant, cynique, névrosé, islamo-trotskiste" : Mélenchon "s'amuse" à lister sa "collection" d'insultes

Publié à 12h36, le 12 septembre 2017 , Modifié à 12h36, le 12 septembre 2017

"Abruti, fainéant, cynique, névrosé, islamo-trotskiste" : Mélenchon "s'amuse" à lister sa "collection" d'insultes
Jean-Luc Mélenchon, envoyant de l'amour. © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

INVENTAIRE - En sa qualité de chef de la "véritable opposition" à Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon entend lutter sur tous les fronts, aussi bien dans l'hémicycle que dans la rue. C'est ainsi qu'on le retrouve dans le cortège de la CGT, ce mardi 12 septembre, à Marseille.

L'occasion pour le leader des députés de La France insoumise de régler quelques comptes. Alors qu'il évoque les "fainéants" d'Emmanuel Macron, demandant au Président de ne pas "en rajouter", un journaliste lui demande : "Vous faites partie des fainéants ?". Jean-Luc Mélenchon rétorque :



Vous savez, ma collection elle est ample. Je suis un abruti d'après un de vos collègues. Pour l'autre je suis un névrosé aux passions tristes. Qu'est-ce qu'on est ? Fainéants, cyniques. On dirait le capitaine Haddock. On s'amuse à faire la liste, ça nous fait rire un peu. Dimanche dernier, j'étais islamo-trotskiste et puis salmigondis.


"Abruti", Jean-Luc Mélenchon parle ici de l'éditorialiste Eric Brunet qui avait qualifié ses électeurs de "19% d'abrutis". "Névrosé aux passions tristes", là, c'est Benjamin Griveaux, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, qui est visé. "Fainéants, cyniques", pas besoin de vous faire un dessin. Enfin, " islamo-trotskiste et salmigondis" sont les termes employés samedi dernier par Marine Le Pen, lors de sa rentrée politique.

Si toutes ces expressions ont été lancées à l'encontre des proches de Jean-Luc Mélenchon ou de ses sympathisants, il les prend à son compte. Mais n'y voyez aucune mégalomanie. Comme le dit l'intéressé :



Moi, j'ai plus rien à prouver, j'espère que tout le monde l'a compris. Je ne fais pas ça pour ma gloire, elle est déjà assurée.




LIRE AUSSI SUR LE LAB

Pour Emmanuel Macron, c’est une "chance que Mélenchon prenne la tête de l’opposition à la réforme du travail"











[BONUS TRACK] Mélenchon = Cyrano

Ce mardi matin sur France Inter, Olivier Besancenot, ex-candidat à la présidentielle sous la bannière de la LCR, a appelé Jean-Luc Mélenchon à ne pas "jouer solo". Ce à quoi le député LFI a répondu :



Je suis d'accord. Il a qu'à venir, comme ça, ça fera plus de monde. Quand je fais quelque chose, on me dit : "Il fait ça en solo". Si je fais rien, on dit : "Il ne fait rien". C'est la vie. Je ne renonce pas à l'honneur d'être une cible, c'est dans Cyrano. Donc ça me va. Oubliez-moi.


La contestation contre la réforme du Code du travail commence ce mardi, avec une manifestation à l'appel de la CGT (à laquelle s'est joint Jean-Luc Mélenchon et LFI). Une autre journée de mobilisation est prévue le 23 septembre, cette fois-ci à l'appel de LFI (et avec Benoît Hamon).

Du rab sur le Lab

PlusPlus