Accueilli par des jets d’œufs et des casseroles au Pays basque, François Fillon dénonce un "comportement anti-démocratique"

Publié à 12h02, le 25 mars 2017 , Modifié à 16h48, le 26 mars 2017

Accueilli par des jets d’œufs et des casseroles au Pays basque, François Fillon dénonce un "comportement anti-démocratique"
© THOMAS SAMSON / AFP
Image Amandine Réaux


Étrange stratégie de communication politique ce samedi 25 mars. En déplacement dans le Pays basque, François Fillon rencontrait des agriculteurs dans une exploitation qui produit du piment d'Espelette. À son arrivée, le candidat LR a été accueilli par des jets d’œufs et des casseroles, accompagnés de "Fillon en prison", comme l’ont rapporté plusieurs journalistes présents sur place.







En parallèle, les comptes Twitter pro-Fillon diffusaient des vidéos de leur champion déambulant sur un marché et prenant la pose pour des selfies. "Ce que vous ne verrez pas dans les médias", lisait-on en guise de légende.





Et pour cause : les journalistes n’ont pas été prévenus de cette étape et ont été envoyés directement auprès des manifestants devant l’exploitation. Difficile donc d’affirmer ensuite que les médias *cachent* tout accueil positif qui peut être fait au candidat. Mais la stratégie est revendiquée par François Fillon qui a pronostiqué :



Plus vous raconterez les manifestations, plus je monterai dans les sondages.

"C’est un comportement anti-démocratique", a dénoncé François Fillon à propos des manifestants. "Plus ils continuent, plus ils radicalisent les Français qui sont contre la confiscation de la vie démocratique", a-t-il regretté.







Autres signaux négatifs de ce déplacement relevés par Le Monde, un discours de "moins de trente minutes" vendredi à Biarritz, suscitant peu de "ferveur" parmi les 2.000 personnes présentes. Par ailleurs, "aucun élu de poids n’était présent aux côtés de monsieur Fillon à part le député de Haute-Savoie, Lionel Tardy", a constaté le quotidien du soir.





[EDIT 26/03]

À propos des manifestants qui l'ont accueilli avec des jets d’œufs et des casseroles, François Fillon a lancé, en petit comité, selon Le JDD :



Je les emmerde ! Ce sont des militants politiques d'extrême gauche.

Bonne ambiance.

Du rab sur le Lab

PlusPlus