Accusations de violences contre une collaboratrice : Baylet porte plainte pour diffamation contre Attard

Publié à 19h39, le 28 octobre 2016 , Modifié à 21h33, le 28 octobre 2016

Accusations de violences contre une collaboratrice : Baylet porte plainte pour diffamation contre Attard
© AFP

Dans une lettre ouverte à François Hollande publiée 20 octobre et co-signée par Isabelle Attard, la députée du Calvados appelait à la démission de Jean-Michel Baylet du gouvernement. Un peu plutôt, le 11 octobre, l’élue (ex-EELV) avait accusé en pleine séances des questions au gouvernement le ministre de l’Aménagement du Territoire d’avoir exercé des violences contre une collaboratrice parlementaire en 2002, alors qu’il était sénateur. La lettre ouverte a poussé Jean-Michel Baylet a porté plainte pour diffamation ce vendredi 28 octobre, notamment contre la députée écologiste Isabelle Attard, ont annoncé à l'AFP ses avocats.

La lettre appelant à la démission de Jean-Michel Baylet publiéesur le site de pétition "We sign it" a été signée par une trentaine de premiers signataires dont le porte-parole d’EELV Julien Bayou ou le député du Morbihan ex-PS Philippe Noguès. Vendredi 28 octobre, en fin de journée, elle avait recueilli plus de 7 300 signataires. "Monsieur le président de la République, nous demandons la démission de Jean-Michel Baylet actuel ministre de l'Aménagement du Territoire. Il a frappé et humilié sa collaboratrice en 2002. Un tel individu n'a pas sa place au gouvernement", écrivaient les protestataires.

Cette collaboratrice a déclaré avoir été "frappée au visage, à plusieurs reprises" et "vous avez enfermé votre collaboratrice chez vous", avant de la laisser dans la rue "entièrement dévêtue et pieds nus", avait affirmé à l'Assemblée la députée Isabelle Attard, qui fait partie des élues ayant accusé Denis Baupin de harcèlement et agressions sexuelles.

Quand cette affaire était sortie, via le site BuzzFeed News en mars 2016, "vous avez choisi le silence" et "vous ne serez jamais condamné, puisque vous avez acheté le silence de votre victime", avait encore accusé la députée de gauche du Calvados. L'ancien président du Parti radical de gauche (PRG) lui avait rétorqué que l'affaire avait "été classée sans suite".

Comme l’a remarqué sur Twitter le journaliste de BuzzFeed News David Perrotin, Jean-Michel Baylet n’a pourtant jamais attaqué le site Internet après ces révélations.

 

Contactée par Le Lab, la députée Isabelle Attard estime que la plainte de Jean-Michel Baylet est "étrange". Mais elle se dit satisfait. Elle explique :

 

"

Cela va peut-être permettre que l'on parle enfin de ce qui s'est passé. Si Monsieur Baylet considère que je l'ai diffamé, il va falloir qu'il prouve que j'ai dit des choses fausses. Pour ma part, je dispose d'éléments de preuves que j'ai gardés sous le coude.

"

Depuis la médiatisation de l'affaire, Isabelle Attard note que le sujet "interpelle" beaucoup de monde, y compris à l'étranger. "Beaucoup d'hommes ont réagi, cela fait plaisir", observe aussi la députée. Qui dit même avoir reçu des messages d'adhérents du PRG, "pas très heureux d'avoir un représentant comme lui".

 

[EDIT 21H30] Ajout de la réaction d'Isabelle Attard

Du rab sur le Lab

PlusPlus