Affaire Baupin : Clémentine Autain raconte que la députée Isabelle Attard lui avait "confié ces agissements"

Publié à 17h07, le 09 mai 2016 , Modifié à 17h07, le 09 mai 2016

Affaire Baupin : Clémentine Autain raconte que la députée Isabelle Attard lui avait "confié ces agissements"
Clémentine Autain © BERTRAND GUAY / AFP

OMERTA – Clémentine Autain n'est pas surprise. La conseillère régionale Front de Gauche d'Île-de-France, et porte-parole du mouvement "Ensemble !" explique, ce lundi 9 mai sur France Info, qu'elle "savait". Quoi donc ? Que Denis Baupin pouvait être accusé par des élues de harcèlement et d'agressions sexuelles. Clémentine Autain l'explique simplement. Sur l'antenne publique, elle lance :

"

En gros, tout le monde savait. Il faut être honnête. Après, c'est l'affaire de rumeurs, de réputation, mais aussi de propos de femmes qui ont témoigné et je pense notamment à Isabelle Attard qui m'avait confié ces agissements. Je ne tombe pas de ma chaise. Je ne tombe pas de ma chaise. Je trouve ces agissements d'une grande gravité. Ils ont touché de nombreuses femmes. Ce sont des violences, du harcèlement mais aussi une agression sexuelle.

 

"

Députée du Calvados, Isabelle Attard a raconté à Mediapart avoir reçu des dizaines de SMS "provocateurs, salaces" de la part de Denis Baupin. "C’était par exemple : j’aime bien quand tu croises tes jambes comme ça. C’était même crûment dans des réunions ou des déjeuners de travail le fait de me proposer d’être mon amant. Au début, c’est dit sur le ton de la rigolade. Et puis, cela devient vite très lassant, pénible…", dit-elle, citée par le site d'information en ligne.

Clémentine Autain s'interroge sur les raisons du silence des victimes présumées. "C'est difficile. On est dans un climat politique qui est un lieu façonné par le monde viril, issu d'une tradition guerrière et dans lequel le rapport de force est celui-là, dit-elle. Le monde politique est une sorte de terrain de chasse dans lequel les femmes essayent de survivre."

Elle ajoute :

"

Toutes les femmes, dans le monde politique, ont eu affaire un jour ou l'autre à ce type de comportements. Toutes les femmes connaissent ces faits-là. […] Cela ne signifie pas que tous les hommes sont des violeurs en puissance ou des harceleurs ou se comportent de la façon dont Denis Baupin s'est comporté parce que lui, c'est particulièrement  violent, particulièrement répétitif.

 

"

D'autres affaires ont pourtant déjà été révélées. Et déjà, certains avaient dénoncé l'omerta. "On ne semble pas vouloir tirer les leçons" des affaires DSK ou Tron, dit-elle, évoquant également les gestes *déplacés* qu'aurait eu Michel Sapin envers une journaliste en 2015. Et l'élue de souhaiter que les partis politiques et les institutions travaillent sur la prévention, la sensibilisation "pour que les femmes soient regardées à égalité avec les hommes et pas considérées d'abord comme des femmes objets".

Du rab sur le Lab

PlusPlus