Affaire Benzema : Sarkozy s'oppose à Valls en évoquant les affaires Cahuzac et Bettencourt

Publié à 07h21, le 02 décembre 2015 , Modifié à 07h57, le 03 décembre 2015

Affaire Benzema : Sarkozy s'oppose à Valls en évoquant les affaires Cahuzac et Bettencourt

#FOOTPOLITIQUE - L’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, dans laquelle serait impliqué l’attaquant de l’équipe de France, Karim Benzema, devient presque une affaire d’Etat. Manuel Valls a ainsi sous-entendu, mardi 1er décembre sur Europe 1, que l’avant-centre n’avait plus sa place chez les Bleus. "Je ne suis pas sélectionneur de l’équipe de France, monsieur Valls non plus", a répliqué Nicolas Sarkozy sur l’antenne d’Europe 1 ce mercredi 2 décembre.

"Gêné", dit-il, par cette actualité, le président de Les Républicains ne veut pas "trancher" et explique que "tout le monde parle de choses qu’il ne connaît pas, couvertes par le secret de l’instruction". "On accuse, on démolit, on reproche", ajoute l’ancien chef de l’Etat avant de prendre deux exemples bien politiques pour défendre Karim Benzema : Jérôme Cahuzac et l’affaire Bettencourt.

Ainsi Nicolas Sarkozy rappelle-t-il, en réponse au devoir d’exemplarité prôné par Manuel Valls, "qu’on avait un ministre du Budget qui était en charge de la lutte contre la fraude fiscale". "Et on a découvert qu’il avait un compte, monsieur Cahuzac", poursuit Nicolas Sarkozy. Une référence à l'affaire Cahuzac révélée par Mediapart et qui a abouti à la démission de celui qui gérait le portefeuille du Budget dans le gouvernement Ayrault.

Deuxième étape de son raisonnement pour attaquer Manuel Valls sous le prisme de la défense de Karim Benzema : sa propre expérience dans l’affaire Bettencourt, dans laquelle il a finalement été blanchi (à la différence d’autres affaires encore en cours). Il dit :

"

Je n’aime pas tous ces gens qui donnent des leçons d’exemplarité. Attendons quand la justice aura décidé qu’il y aura un coupable. (…)J’ai moi-même été dans cette actualité avant d’être blanchi. Vous vous souvenez certainement de l’affaire Bettencourt. Et j’en ai tiré une conséquence. Je ne veux pas accabler les gens avant. Ca fait tant de mal, tant de peine. C’est tellement le contraire de ce que doit être une démocratie apaisée.

"

A voir en vidéo :


 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Manuel Valls sous-entend que Karim Benzema n'a plus sa place en équipe de France

Et forcément, Nadine Morano s'empare de la polémique sur Karim Benzema et La Marseillaise

Pour "l'honneur du pays", Patrick Kanner ne veut pas voir Karim Benzema en équipe de France tant qu'il est mis en examen

 

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

Domenech sur Benzema : "Les joueurs doivent se montrer exemplaires"

Sarkozy sur l'affaire Benzema : "Valls n'est pas sélectionneur de l'Equipe de France"

Du rab sur le Lab

PlusPlus