Affrontement entre deux élus socialistes après l'élimination du PS lors de la législative partielle dans l'Aube

Publié à 19h50, le 08 décembre 2014 , Modifié à 09h40, le 09 décembre 2014

Affrontement entre deux élus socialistes après l'élimination du PS lors de la législative partielle dans l'Aube
Dominique Lefebvre et Jérôme Guedj © Montage via MaxPPP Vincent Isore/IP3 press et Christophe Morin / IP3

TROLLING – L'élimination du PS dès le premier tour de la législative partielle dans l'Aube, dimanche 7 décembre, a été l'occasion d'une nouvelle passe d'armes entre… socialistes. Peu après l'annonce des résultats, le président du Conseil général de l'Essonne et ancien député proche des frondeurs, Jérôme Guedj, a commenté les résultats, soulignant le recul énorme des votes socialistes – 18 points - entre juin 2012 et décembre 2014 :

Il faut deux minutes, pas plus, au député PS du Val d'Oise Dominique Lefebvre pour réagir à ce message, et donc attaquer Jérôme Guedj. Voici ce qu'il a répondu :

Et tu y es pour beaucoup...

Une remarque qui appelait – évidemment – une réponse. Ce que ne s'est pas privé de faire Jérôme Guedj qui, dans un autre message posté 25 minutes plus tard, a dénoncé le raccourci de son collègue socialiste. Il a écrit :

Donc pour Dominique Lefebvre, les socialistes qui ne pensent pas comme lui sont des alliés du FN. Accusation grave, pauvre et dangereuse.

Les amabilités entre les deux hommes ne se sont pas arrêtées là. La nuit passée, Dominique Lefebvre en remettait une couche et traitait Jérôme Guedj – élu PS comme lui rappelons-le – de "stupide" et "sectaire".

Dominique Lefebvre est un expert lorsqu'il s'agit d'interpeller ses amis socialistes sur Twitter. Fin octobre, il avait réglé ses comptes avec la Rapporteure générale du budget Valérie Rabault, dont il avait convoité le poste en avril dernier. Une sortie qui lui avait valu les foudres des députés PS Karine Berger et Yann Galut.

Un peu plus tôt, le 17 octobre, il avait dénoncé les pratiques de "flibuste" des députés frondeurs.

Du rab sur le Lab

PlusPlus