Agression de journalistes lors de son meeting : François Fillon sous-entend qu’ils l’ont bien cherché

Publié à 15h29, le 11 avril 2017 , Modifié à 15h41, le 11 avril 2017

Agression de journalistes lors de son meeting : François Fillon sous-entend qu’ils l’ont bien cherché
© Capture d'écran Le Talk du Figaro
Image Victor Dhollande-Monnier


Les agressions physiques ou verbales contre les journalistes sont légion dans cette campagne. Expulsés d’une visite de Marine Le Pen, le 1er février dernier, copieusement hués lors d’un meeting de François Fillon, éjectés d’un meeting de la candidate FN à la présidentielle, et agressés encore dimanche dernier au grand rassemblement du candidat de la droite, porte de Versailles à Paris. Mais rassurez-vous, François Fillon a une explication bien précise à ces attaques à répétition contre la presse. "Que chacun s’interroge sur ses propres responsabilités", explique-t-il au Talk du Figaro, mardi 11 avril.

S’il "condamne d’abord toutes les violences", François Fillon laisse planer le doute quant à une possible culpabilité des journalistes. Voici l’échange qu’il a eu avec la journaliste du Figaro :

- François Fillon : D’abord, je les condamne [ces débordements]. Je condamne toutes les violences. Simplement j’invite ces journalistes à se poser la question : pourquoi est-ce que dans les meetings, il y a une crispation à leur égard ? Chacun doit se poser des questions…

- Journaliste (coupe Fillon) : C’est les pratiques des journalistes que vous mettez en cause ?

- François Fillon : Je ne mets rien en cause, je condamne d’abord toutes les violences. Et naturellement, on a appelé ces journalistes pour leur présenter nos excuses au nom de l’organisation de ces meetings. Mais je sens bien cette violence dans les propos des Français. Et les Français sont des Français. Il n’y a pas de bons Français et des mauvais Français. Il n’y a pas les Français qui sont en accord avec le système médiatique et ceux qui le critiquent. Donc, que chacun s’interroge sur ses propres responsabilités.  

Comme il l’avait déjà fait lors de la primaire de la droite, François Fillon s’en prend au système médiatique. Il serait lui le responsable de toute cette "crispation" que dénonce l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy. Au passage, on a adoré la référence aux Inconnus sur "les bons" et "les mauvais" Français.

Dimanche, un journaliste de Quotidien a été giflé au meeting de François Fillon. Le même jour, une équipe du Petit Journal a été agressée par un membre de la sécurité de l’ancien Premier ministre.

Une séquence diffusée lundi soir par Le Petit Journal :







A LIRE AUSSI SUR LE LAB

Une équipe du Petit Journal agressée au meeting de François Fillon

Du rab sur le Lab

PlusPlus