Alain Juppé favorable à un "grand mouvement central" avec Macron et LREM pour les européennes 2019

Publié à 16h56, le 11 novembre 2017 , Modifié à 17h25, le 14 novembre 2017

Alain Juppé favorable à un "grand mouvement central" avec Macron et LREM pour les européennes 2019
Alain Juppé et Emmanuel Macron © Montage le Lab viaAFP
Image Etienne Baldit


TOUS ENSEMBLE, TOUS ENSEMBLE - Alain Juppé se mettrait-il "en marche", pas à pas ? Il semble en tout cas en avoir franchi un nouveau, vendredi 10 novembre devant l'Association de la presse diplomatique. L'ancien Premier ministre n'y a pas tari d'éloges au sujet du chef de l'État et lui a même tendu la main en vue d'une éventuelle alliance pour les élections européennes de 2019, ce qui redéfinirait cette union de la droite et du centre à laquelle il tient tant.

Sud Ouest rapporte qu'avant ce trajet, le maire de Bordeaux "avait relu le discours sur l’Europe prononcé par le Président à la Sorbonne début octobre". Verdict de l'ex-candidat à la présidentielle : "Peu de choses à redire." Un commentaire tout en sobriété qui équivaut sans doute à quelque chose comme un 9/10 suivant un barème juppéiste. Et d'ajouter, dans la même veine : "J’ai bien aimé l’expression 'bien commun' utilisée par Emmanuel Macron pour parler des valeurs européennes. Je l’avais d’ailleurs utilisée pendant ma campagne."

Sans surprise séduit par le discours très européen d'Emmanuel Macron, Alain Juppé se montre donc ouvert à une alliance électorale pour les européennes qui auront lieu dans deux ans, scrutin sur lequel il table "pour approfondir la recomposition du paysage politique", d'après Sud Ouest. "Pas convaincu que le clivage droite-gauche ait disparu" à la différence du chef de l'État, le finaliste de la primaire de la droite est en revanche persuadé que l’Europe "est un élément très clivant". "Il va jusqu’à souhaiter la constitution d’un 'grand mouvement central' pour le scrutin européen", ajoute le quotidien régional.

Alain Juppé appuie :

La question est de savoir qui en prendra le leadership. Mais si Macron reste dans la ligne de son discours à la Sorbonne, je ne vois pas d’incompatibilité.

Y'a plus qu'à, comme on dit. Voilà en tout cas que Juppé sème un petit caillou de plus sur le chemin qui pourrait le mener vers LREM, lui qui salue aussi l'action de son ancien lieutenant Édouard Philippe à Matignon. Tandis qu'il n'a pas officiellement pris position dans le cadre de l'élection à la présidence de LR, et ce malgré la candidature du juppéiste Maël de Calan...

Emmanuel Macron songerait justement à réformer le scrutin européen, en revenant à des listes nationales, comme c'était le cas avant 2004, par opposition au système actuel composé de huit grandes circonscriptions. Avec l'idée de constituer une grande liste pro-européenne commune avec toutes les composantes de la majorité élargie (LREM, Constructifs, MoDem, UDI, radicaux), qui affronterait alors des listes plus ou moins eurosceptiques (FN, LFI), ainsi que celles de partis qui peinent à définir une ligne claire sur les enjeux européens (LR, PS).

Une nouvelle étape dans la volonté présidentielle de restructuration du champs politique, qu'une partie de la droite est prête à accompagner, Alain Juppé compris. "On verra les résultats [de la politique de Macron] dans deux ans", prévient-il tout de même, prudent.

[Edit 12/11]

Sur France 3 ce dimanche, le probable futur patron de LR, Laurent Wauquiez, a critiqué ce positionnement d'Alain Juppé, jugeant qu'il s'agissait d'une "erreur" :





Et en milieu d'après-midi, le maire de Bordeaux a réagi à ce début de polémique à droite, indiquant ne pas (encore ?) songer sérieusement à une "liste commune" avec le parti d'Emmanuel Macron pour les européennes :





#





À LIRE SUR EUROPE1.FR : 

Alain Juppé apprécie qu'Emmanuel Macron "mouille sa chemise" en diplomatie

Du rab sur le Lab

PlusPlus