Alain Juppé s'oppose (sans aucun moyen de l'empêcher) à la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux

Publié à 10h39, le 25 mars 2016 , Modifié à 11h07, le 25 mars 2016

Alain Juppé s'oppose (sans aucun moyen de l'empêcher) à la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux
© Montage AFP
Image Le Lab

Etienne Girard pour

MERCI MAIS NON MERCI - Très peu pour lui. Le maire de Bordeaux Alain Juppé a publié ce vendredi 25 mars un tweet dans lequel il s'oppose à la venue dans sa ville de l'islamologue suisse controversé Tariq Ramadan, prévue samedi 26 mars. Tariq Ramadan est censé animer une conférence au palais des congrès de Bordeaux sur le thème des "clés du vivre-ensemble" avec le sociologue Edgar Morin, à l'invitation de l'Espace culturel musulman et de l'association In peace event.

Le tweet du candidat à la primaire de la droite est cinglant. Il écrit :

Les propos de Tariq Ramadan sont ambigus et dangereux. Il n'est pas le bienvenu à Bordeaux.

Dans une vidéo publiée au même moment, le maire de Bordeaux a toutefois estimé qu' "une interdiction serait à l'évidence illégale". Le candidat favori des sondages à la primaire de la droite précise que les propos de l'universitaire suisse seront "surveillés" de très près.

Selon Sud-Ouest, Alain Juppé a sollicité le préfet de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes Pierre Dartout, compétent pour empêcher la tenue d'un événement public. Il lui aurait indiqué que la conférence ne faisant courir aucun risque pour l'ordre public, il n'y a pas de raison de l'interdire.

Elle aura donc lieu ce samedi, mais avec un dispositif de sécurité renforcé.

Dans un communiqué publié ce jeudi 24 mars, la conseillère régionale PS Naïma Charaï a fait savoir qu'elle désapprouvait la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux:



Notre ville a une tradition de tolérance, je suis affligée et attristée qu'on l'accueille. Tariq Ramadan est un prédicateur fondamentaliste, il vient d'intégrer l'Union mondiale des savants musulmans dont le président est homophobe, sexiste et antisémite, auteur d'une fatwa qui autorise les attentats suicides, je ne crois pas que ce soit bien de le faire venir dans notre ville

Virginie Calmels, première adjointe d'Alain Juppé, a estimé elle aussi, dans une tribune publiée sur le Huffington Post, que "la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux [posait] un véritable problème moral". L'ex-tête de liste des Républicains aux élections régionales a cependant rappelé que la mairie ne pouvait interdire cette manifestation:

La décision ne m'appartient pas, pas plus d'ailleurs qu'à Alain Juppé

Ce n'est pas la première fois que la venue de Tariq Ramadan suscite des remous. A Nice la semaine dernière, un élu Front national a saisi le juge des référés pour essayer de faire annuler la conférence de l'islamologue, selon France 3-Côte d'Azur. Sans succès, déjà.

Du rab sur le Lab

PlusPlus