Alain Rousset (PS) annonce qu'il cumulera présidence de région et mandat de député

Publié à 11h24, le 04 janvier 2016 , Modifié à 11h27, le 04 janvier 2016

Alain Rousset (PS) annonce qu'il cumulera présidence de région et mandat de député
Alain Rousset © AFP

Alain Rousset est droit dans son cumul. Élu pour la quatrième fois président de région (à la tête de l'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, auparavant simplement l'Aquitaine), l'élu socialiste a la ferme intention d'exercer son mandat de député en même temps et jusqu'au bout, jusqu'en 2017. Il l'annonce à France Bleu Gironde, lundi 4 janvier.

Ces derniers jours, une pétition lancée par les responsables locaux de Nouvelle Donne réclamait sa démission de l'Assemblée nationale, afin qu'il se consacre pleinement à la région. Mais contrairement à d'autres présidents de région, il cumulera les deux mandats. Il explique :

 

"

Pour l'instant, 2017 c'est demain donc je respecterai la loi telle qu'elle sera présentée. Et puis vous savez, ceux qui font des grandes annonces, ils cumulent aussi les communautés de communes ou les communautés d'agglomération. Regardez ce qui se passe en Paca et dans le Nord.

"

Il s'en tiendra donc à la loi sur le non-cumul des mandats, qui n'entrera en vigueur qu'à partir des législatives de 2017. Il sera alors impossible de cumuler un mandat exécutif local avec un mandat parlementaire. Et au passage, il glisse une petite gentillesse à Xavier Bertrand et Christian Estrosi.

Le premier avait annoncé en grande pompe, au JT de France 2, qu'il quittait l'Assemblée nationale pour se consacrer à la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, avant de confirmer quelques jours plus tard qu'il resterait conseiller municipal de Saint-Quentin (Aisne) et président de la communauté d'agglomération. Quant au second, il s'était engagé à lâcher son mandat de député ainsi que celui de maire de Nice en cas de victoie en PACA. Il le fera, mais restera tout de même conseiller municipal et président de la métropole Nice Côte d’Azur.

Et à en croire Alain Rousset, mieux vaut un cumulard qui s'assume qu'un faux anti-cumulard. D'ailleurs, il a bien été réélu, non ? Il dit en effet :

"

En tous cas, j'ai eu l’impression d'avoir gagné ces élections et que le gens m'ont fait confiance.

 

"

Et on ne change pas une équipe qui gagne. Le même raisonnement s'applique au passage à Jean-Yves Le Drian, qui sera président de la Bretagne en même temps que ministre de la Défense...



À LIRE SUR LE LAB :

Xavier Bertrand fustige la "folie" de la droite, qui préparerait le retour du cumul des mandats en cas de victoire en 2017

Du rab sur le Lab

PlusPlus