Alerte info : Jean-Vincent Placé n'a aucune ambition ministérielle jusqu'en 2022

Publié à 12h20, le 01 juin 2017 , Modifié à 13h24, le 01 juin 2017

Alerte info : Jean-Vincent Placé n'a aucune ambition ministérielle jusqu'en 2022
Ayant bien pesé le pour et le contre et mesuré la gravité de sa décision, Jean-Vincent Placé en est sûr : cette fois, il ne veut pas être ministre. © Christophe Petit Tesson / POOL / AFP

BREAKING NEWS - C'est un événement, un petit tremblement de terre, une micro-révolution dans les coutumes de la vie politique française. On espère que vous êtes bien assis parce que ce qui suit peut vous procurer un choc. Jean-Vincent Placé ne veut pas être ministre. Voilà, c'est dit.

Le sénateur ex-EELV a toujours fait état de ses "ambitions" et de son souhait d'exercer des "responsabilités" - ils ne comprend pas les "hypocrites" qui prétendent l'inverse, puisqu'il s'agit là du sens de l'engagement politique selon lui. Et s'il ne s'est jamais caché de vouloir devenir ministre, il ne se cache pas non plus quand ce n'est pas le cas. Dans un long article de Slate consacré à sa personne (ou plutôt au mème qu'il est devenu, les moqueries à son sujet se multipliant sur les internets dès lors qu'un remaniement se profile), jeudi 1er juin, l'ex-secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État et de la Simplification explique ainsi qu'il n'est candidat à rien pour les cinq ans qui viennent :

"

J'ai voulu être ministre de Manuel Valls et de François Hollande. Ce sont des gens que j'apprécie, que je respecte, dont la ligne politique me va. Il y avait la COP21, et plein de choses que je voulais faire. Je n'ai jamais demandé quoi que ce soit à Emmanuel Macron. Dans ce quinquennat, je ne pense pas avoir vocation à être au gouvernement. Je n'avais pas non plus cherché à rentrer dans un gouvernement sous Nicolas Sarkozy.

 

"

Et dans son cas, on peut donc le croire. Cette déclaration de non-candidature à un quelconque portefeuille ministériel nous fait du coup un peu penser à ceci :



Mais alors, cela signifie-t-il la fin des blagues sur ses légendaires ambitions ? C'est un peu à vous de voir. Sachez en tout cas que cela reste totalement autorisé, puisque Jean-Vincent Placé lui-même en rigole, comme il l'explique à Slate :

"

C'est vrai qu'il y en a des bons [mèmes, ndlr]. Ça me fait plutôt rigoler. J'ai beaucoup de recul par rapport à moi-même. Ça ne me dérange pas qu'on rie de moi quand c'est drôle. Ce que je n'aime pas, c'est quand c'est injurieux, raciste, ou diffamatoire.

 

"

Et puis, si jamais vous jugez que ces vannes n'ont plus de sens désormais, vous pouvez toujours vous rattraper sur son immense *talent* en matière de pronostics foireux.



À LIRE SUR LE LAB :

Jean-Vincent Placé se défend de toute "obsession ministérielle"

Du rab sur le Lab

PlusPlus