Alexis Corbière annonce être "en train d'acquérir" un logement pour quitter son HLM, article le plus lu de la semaine

Publié à 17h40, le 15 octobre 2017 , Modifié à 17h42, le 15 octobre 2017

Alexis Corbière annonce être "en train d'acquérir" un logement pour quitter son HLM, article le plus lu de la semaine
© Montage le Lab

#BESTOFHEBDO - Et voici venue l’heure, comme chaque week-end et chaque dimanche, de notre tant attendu Top Hebdo, le classement des articles les plus lus de la semaine sur le Lab.

Cette semaine, c'est la polémique sur le logement HLM d'Alexis Corbière et de Raquel Garrido qui exaspère le député LFI. Il se dit "exemplaire" et assure être "en train d'acquérir" un logement. Mais ce n’est pas tout…

#1 "Je suis exemplaire, bon sang !"

Polémique sans fin. Le député LFI Alexis Corbière et sa compagne Raquel Garrido (avocate et porte-parole de Jean-Luc Mélenchon devenue chroniqueuse sur C8) occupent depuis six ans un HLM, un 4 pièces de 80 m2 dans l'est parisien, pour un loyer de 1.200 euros par mois. Et si cela n'est toujours pas illégal, cela provoque le grand énervement de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), bailleur social propriétaire du logement, qui en fait une "question morale" et réclame leur départ. Des huissiers ont même été envoyés. Une affaire qui a provoqué la colère d'Alexis Corbière, qui jure être "exemplaire" et explique être en train de chercher un nouveau logement.

[A LIRE ICI]

 

#2 La preuve par l'écrit

Manuel Valls est en guerre ouverte avec La France insoumise. Chaque coup compte. Ainsi, il dénonce les écrits de la députée de Paris Danièle Obono. L'ancien maire d'Evry considère qu'une partie des responsables LFI font preuve de complaisance à l'égard de l'islamisme. "Je pense que c'est théorisé aujourd'hui au sein de La France insoumise", estime Manuel Valls. La preuve, donc, s'appelle Danièle Obono. Manuel Valls s'offusque d'un texte de Danièle Obono où "elle dit qu'elle a plutôt pleuré pour Dieudonné et pas pour les victimes de Charlie". La députée écrivait exactement : "Je n’ai pas pleuré Charlie. […] J'ai pleuré toutes les fois où des camarades ont défendu, mordicus, les caricatures racistes de Charlie Hebdo [...] ou de la laïcité 'à la Française'. Mais se sont opportunément tu-e-s quand l’Etat s’est attaqué à Dieudonné".

[A LIRE ICI]

 

#3 Rep a sa les rageux

Au Front national, on cherche par tous les moyens à prouver que Florian Philippot est responsable de la défaite de Marine Le Pen. Exemple : pendant la campagne présidentielle, Marine Le Pen avait préparé un appel vidéo aux électeurs de François Fillon. Mais cette vidéo n'a jamais été mise en ligne car, selon plusieurs cadres du FN, Philippot aurait préféré que la présidente du FN s'adresse à l'électorat mélenchoniste. Faux, rétorque Maxime Thiébaut, ancien délégué national de Debout la France et désormais co-fondateur des Patriotes. Il le prouve en publiant sur Twitter un mail de Florian Philippot à David Rachline, ce dernier était alors directeur de campagne de Marine Le Pen. Et Florian Philippot lui suggère cette idée : "Faire deux vidéos de MLP [Marine Le Pen, NDLR] : vers les Fillon et vers les Mélenchon".

[A LIRE ICI]

 

#4 Keep calm and écoutez les femmes

Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, a un certain sens de la répartie. Au beau milieu des questions au gouvernement, elle est interrompue à plusieurs reprises par des remarques venues des bancs de la droite. Marlène Schiappa a sèchement rembarré l'un de leurs auteurs : "Oh, gardez vos nerfs !". Un recadrage qui lui vaudra les rires de satisfaction et les applaudissements d'une bonne partie de l'hémicycle.

[A LIRE ICI]

 

#5 Elle était nulle

Entre Florian Philippot et Marine Le Pen, il y a un avant et un après. Avant, quand il était numéro 2 du FN, Florian Philippot jugeait que, lors du débat de l'entre-deux-tours face à Emmanuel Macron, la candidate frontiste avait été "excellente". Après son départ du parti d'extrême droite, Florian Philippot qualifie ce débat de "catastrophique" pour Marine Le Pen. Avant, après.

[A LIRE ICI]

Du rab sur le Lab

PlusPlus