Ancien membre de l'équipe de campagne de François Fillon, le sénateur UDI François Zocchetto veut imposer la transparence aux journalistes

Publié à 09h31, le 06 juillet 2017 , Modifié à 09h31, le 06 juillet 2017

Ancien membre de l'équipe de campagne de François Fillon, le sénateur UDI François Zocchetto veut imposer la transparence aux journalistes
François Zocchetto © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Image Sylvain Chazot


Et si la moralisation ne concernait pas uniquement les hommes politiques ? C'est le souhait du sénateur UDI François Zocchetto. Le site Les Jours (article payant) rapporte ce jeudi 6 juillet l'ambition du patron du groupe UDI à la chambre haute qui entend imposer cette sacro-sainte moralisation à d'autres professions et notamment aux journalistes.

D'après le site d'informations, François Zocchetto a préparé deux amendements allant dans ce sens. Le premier prévoit notamment d'imposer aux journalistes les mêmes règles imposées aujourd'hui aux lobbyistes. Les journalistes seraient ainsi obligés de communiquer à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) les "dons ou avantages quelconques d’une valeur significative reçus" et "liste des colloques, manifestations ou réunions dans lesquels les modalités de prise de parole par les journalistes sont liées au versement d’une rémunération sous quelque forme que ce soit", précise Les Jours.

François Zocchetto va loin. Ses amendements prévoient notamment la vérification des informations "sur place dans les locaux professionnels des journalistes". Si un journaliste refuse ou omet de communiquer les infos réclamées, la sanction pourrait être  lourde : jusqu'à un an d’emprisonnement et 15.000 euros d'amende.

Le second amendement entend quant à lui lutter contre les cadeaux en nature fournis pour ou lors d'un reportage. "Les publications des journalistes […] doivent être accompagnées de la liste des déplacements, prestations, biens et services offerts dans le cadre de leurs travaux préparatoires dès lors que ceux-ci ont un lien, même indirect, avec le contenu de leurs écrits", est-il prévu, rapporte Les Jours.

Les amendements n'ont pas encore été déposés. Le sénateur, qui fut membre de l'équipe de campagne de François Fillon durant la présidentielle, a jusqu'au lundi 10 juillet pour le faire. 



À LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

Loi de moralisation : des sénateurs veulent interdire aux parlementaires d'employer "son amant ou sa maîtresse"

Du rab sur le Lab

PlusPlus