Angela Merkel déconseille à Emmanuel Macron de modifier le mode de scrutin législatif

Publié à 07h38, le 07 décembre 2017 , Modifié à 07h38, le 07 décembre 2017

Angela Merkel déconseille à Emmanuel Macron de modifier le mode de scrutin législatif
Angela Merkel et Emmanuel Macron © AFP
Image Sylvain Chazot


Certes, Emmanuel Macron et Angela Merkel ne sont pas (encore ?) assez proches pour que le chef de l'État français blague publiquement avec la chancelière allemande et dise qu'elle est partie réparer la climatisation. Mais les deux dirigeants ont néanmoins une relation qui autorise quelques témoignages d'affection, dont des conseils avisés. Ainsi, si l'un des deux est dans l'embarras, il en informera l'autre afin que la situation ne se répète pas outre-Rhin. Et ça, c'est aimable.

Cela s'est d'ailleurs passé dernièrement, comme le rapporte L'Express du mercredi 6 décembre. Selon l'hebdomadaire, Emmanuel Macron a confié ceci à ses proches :

Angela Merkel m'a déconseillé de modifier le mode de scrutin pour les législatives.

Tu m'étonnes Egon ! Angela Merkel est bien placée pour savoir que la proportionnelle, c'est bien sur le papier mais dans les faits, c'est compliqué. Depuis fin septembre, la chancelière allemande n'arrive pas à former un nouveau gouvernement. La faute à des dernières élections législatives allemandes marquées par une victoire nettement moins large qu'attendue des conservateurs d'Angela Merkel, ainsi que par une percée de la droite nationaliste (AFD). Les négociations entre la CDU, les libéraux du FDP et les verts, ont pour former une grande coalition gouvernementale, ont échoué. Satanée proportionnelle.

Du coup, pour éviter que son copain Emmanuel Macron – ou l'un de ses successeurs - ne se retrouve un jour dans une situation semblable, elle lui a conseillé de ne pas respecter sa promesse et rester avec un bon vieux scrutin majoritaire qui, lui, permet de dégager une vraie majorité (ce qui est la moindre des choses vu son nom).

Le 3 juillet, devant le Congrès réuni à Versailles, Emmanuel Macron s'est engagé à introduire "une dose de proportionnelle" dans l'élection du Parlement, afin "que toutes les sensibilités y soient justement représentées". Comment dit-on reniement en allemand ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus