Anne Hidalgo dresse l'éloge d'Alexis Tsipras qu'elle admire "beaucoup, beaucoup"

Publié à 16h49, le 02 août 2015 , Modifié à 16h49, le 02 août 2015

Anne Hidalgo dresse l'éloge d'Alexis Tsipras qu'elle admire "beaucoup, beaucoup"
© AFP

MUCHO, MUCHO - On le sait, les relations entre Anne Hidalgo et Ségolène Royal ne sont pas des plus apaisées (comme ici, ici ou ici). En revanche, la maire de Paris s'évertue souvent à défendre l'action présidentielle. Alors, après la signature d'un accord sur la Grèce, on aurait pu penser que celle qui a succédé à Bertrand Delanoë continue à vanter les mérites du chef de l'État, comme certains ténors socialistes. Et bien que nenni.

Pour elle, "l'homme du moment" est Alexis Tsipras, le Premier ministre grec. Interrogée sur la grise grecque par El Mundo le 1 août, elle se livre à un véritable éloge d'Alexis Tsipras. Elle dit :

 

"

Alexis Tsipras est l'homme du moment. Il a eu le courage et le talent politique de présenter cette crise autrement que le problème d'un seul pays qui a commis des erreurs et qui doit payer pour les autres. [...] Tsipras est arrivé au pouvoir défendant l'idée que l'austérité ne peut pas être l'avenir de la Grèce, ni d'aucun peuple et il a créé une crise politique qui doit nous permettre de réfléchir sur ce que nous faisons ensemble en Europe. 

"

On le rappelle, la question ne portait pas précisément sur Alexis Tsipras mais sur la crise grecque. Elle poursuit :

 

"

Il a eu le talent et le courage de tout tenter, il a organisé un référendum parce qu'il était pieds et poings liés, pour se donner de la force, il a été très bon politique. Il a su manier très bien le thème de sa relation avec son peuple et avec la démocratie. Avec les difficultés que l'on a vues, certes. Mais c'est l'homme de la situation, le seul qui peut appliquer l'accord signé, que lui-même définit comme très dur et qui ne va pas rompre avec l'austérité, mais c'est mieux que ce que certains souhaitaient lui imposer.

"

Et la maire de Paris de conclure :

 

"

C'est le seul qui peut mettre fin à la corruption, le seul crédible pour porter cette lutte jusqu'au bout. Réellement, je l'admire beaucoup, beaucoup. 

"

Se félicitant par la suite de l'élection de Manuela Carmena à la tête de Madrid, elle réaffirme son souhait d'organiser certaines épreuves des JO dans la Seine en estimant que "nous ne sommes pas très loin" d'une propreté suffisante du fleuve pour permettre aux Parisiens de se baigner dedans.





A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Manuel Valls, fan du Premier ministre grec Alexis Tsipras

Le député PS Sébastien Denaja veut inviter Alexis Tsipras aux universités d'été du PS

NKM et "le discours porté par de beaux hommes musclés" en Grèce

Du rab sur le Lab

PlusPlus