Annonce de Robert Ménard : "Je peux parfois être plus réactionnaire que le FN"

Publié à 17h06, le 20 juin 2015 , Modifié à 17h14, le 20 juin 2015

Annonce de Robert Ménard : "Je peux parfois être plus réactionnaire que le FN"
© SYLVAIN THOMAS / AFP

RÉAC' ++ - Robert Ménard n'est pas frontiste. Il en est tout proche, il a même été élu grâce au soutien du FN, mais il n'a pas sa carte. Et il y a des raisons très concrètes à cela. Pour illustrer sa différence, le maire de Béziers affirme notamment être plus réac' que le parti de Marine Le Pen.

Robert Ménard l'explique dans une interview-fleuve à L'Observateur du Maroc et de l'Afrique, vendredi 19 juin. Alors que le média marocain lui demande s'il n'aurait pas pu gagner, aux municipales de mars 2014, sans le soutien du parti d'extrême droite, l'élu explique d'abord : "Je n’ai pas besoin du soutien du FN pour gagner, mais je partage avec le FN 80% des idées et ça me va très bien." Et de détailler les 20% qui manquent :

 

"

Sur les choix économiques et sur l’Europe, mais je suis d’accord pour le reste. Je peux parfois être plus réactionnaire que le FN.

"

Retenons deux choses de cette punchline biterroise : 1) d'après quelqu'un qui partage "80%" de ses idées, le FN est donc réactionnaire et 2) ce n'est rien à côté du quelqu'un en question. Enfin, parfois.

>> À relire : Robert Ménard éjecte deux journalistes venus en médiation: "il les a envoyés 'se faire foutre'"

Robert Ménard est ensuite interrogé sur ces gens "beaucoup plus radicaux que ne le sera jamais le Front National" (dixit Louis Aliot, vice-président du FN) et qui font partie de l'équipe de la mairie de Béziers : "André-Yves Beck, votre directeur de cabinet, qui a travaillé 20 ans avec Jacques Bompard (ancien membre de mouvements d’extrême droite Troisième voie et Nouvelle Résistance) [et patron de la Ligue du Sud, ndlr] et Christophe Pacotte, qui avait intégré le Bloc identitaire en 2012", énumère L'Observateur. Robert "Dirty Harry" Ménard donne alors un nouvel exemple de sa différence tout à fait assumée avec Nanterre :

 

"

Christophe Pacotte est maintenant au FN, donc ça va être compliqué pour ce parti de continuer à dire ça. Louis Aliot, qui est mon ami, doit faire attention, parce que Pacotte est maintenant élu FN dans l’Hérault [d'après un journaliste du Monde, il s'agirait là d'une nouveauté, ndlr]. Et pour André-Yves Beck, il n’est dans aucun parti. Il a une histoire qui n’est pas la mienne. Je vous rappelle que je viens de l’extrême gauche. Aujourd’hui, c’est un garçon qui me convient. Il est très intelligent, il m’aide. Avec sa sensibilité, il apporte un point de vue dans l’équipe qui est important. Ça nourrit mes réflexions et j’en suis ravi.

"

Avant d'enfoncer encore un peu plus le coup, interrogé sur la mise au ban de Jean-Marie Le Pen :

 

"

Je trouve que c’est très bien, mais je ne suis pas dans un parti. J’ai des divergences avec le FN et surtout j’ai envie d’être tranquille et libre. Ici je fais ce que les Biterrois me demandent de faire et je n’ai de compte à rendre qu’à eux et pas à des partis politiques.

"

Il est donc VRAIMENT différent du FN et tient à ce que cela se sache. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus