Après celle d'Emmanuel Macron, l'annonce de l'annonce de candidature de Manuel Valls

Publié à 07h49, le 05 décembre 2016 , Modifié à 15h43, le 05 décembre 2016

Après celle d'Emmanuel Macron, l'annonce de l'annonce de candidature de Manuel Valls
Manuel valls © PASCAL GUYOT / AFP

INCEPTION - C'est nouveau, ça vient de sortir. Le dernier chic en matière de com' pol en cette saison 2016 ? Annoncer que l'on va annoncer quelque chose, tout particulièrement s'il s'agit de sa candidature à l'élection présidentielle, éventuellement via une primaire. Car après celle d'Emmanuel Macron qui avait *tenu la France en haleine* d'un jour sur l'autre mi novembre, voici venir l'annonce de l'annonce de la candidature de Manuel Valls, lundi 5 décembre.

Ainsi apprend-on, sur les coups de 7 heures du matin, que le Premier ministre va sortir du bois et se déclarer candidat à 18h30, depuis la ville d'Évry dont il fut maire de 2001 à 2012. Des dépêches "urgentes" de l'AFP et de Reuters en font état, après la publication d'un communiqué moins précis de Matignon un peu plus tôt.

"Manuel Valls, Premier ministre, s'exprimera ce lundi 5 décembre à 18H30 à l'Hôtel de Ville d'Evry", écrivent ainsi les services du Premier ministre sans préciser le contenu de cette prise de parole fort attendue. Mais l'entourage du chef du gouvernement confirme à l'AFP qu'elle sera consacrée à son entrée en piste pour 2017, à travers la primaire de la "Belle Alliance Populaire" à n'en pas douter.

L'info est naturellement reprise dans la foulée par l'ensemble des médias et un peu moins de 12 heures avant l'heure, vous savez déjà ce qui vous attend en fin d'après-midi et en ouverture des JT du soir. On peut donc d'ores et déjà dire que Manuel Valls est candidat puisqu'il annonce qu'il annoncera qu'il sera candidat, sans qu'il soit candidat puisqu'il n'a pas encore annoncé qu'il était candidat.

La formule a déjà connu le succès avec Emmanuel Macron. Le 15 novembre dernier, on apprenait que l'ex-ministre de l'Économie, qui entretenait un suspense aussi faux qu'interminable sur ses ambitions élyséennes, effectuerait un déplacement au centre de formation de la chambre des métiers et de l'artisanat de la Seine-Saint-Denis, à Bobigny. Et qu'il s'y déclarerait candidat à la présidentielle. Cela tournait en boucle sur les chaînes d'info toute la journée et le 20 heures de France 2 y consacrait même une page spéciale d'une vingtaine de minutes. Ce n'est que le lendemain, en fin de matinée, que tout cela devenait officiel.

Le tout permettant aux intéressés de s'assurer une visibilité médiatique maximale donc. À noter que tout le monde n'a pas succombé à ces sirènes de la communication par anticipation. François Hollande, par exemple, a fait le choix d'une déclaration surprise, annoncée au dernier moment, pour faire part à la France de sa décision de ne pas briguer un second mandat.



À LIRE SUR LE LAB :

Ces hollandais pas vraiment fans de Manuel Valls

Où l’on apprend que Manuel Valls a demandé tous les jours à François Hollande s’il était candidat (pour le faire renoncer)

Du rab sur le Lab

PlusPlus