Après la victoire de Fillon à la primaire, Wauquiez sauve sa tête et devient premier vice-président de LR

Publié à 18h50, le 29 novembre 2016 , Modifié à 19h07, le 29 novembre 2016

Après la victoire de Fillon à la primaire, Wauquiez sauve sa tête et devient premier vice-président de LR
© AFP
Image Julien Chabrout


Il a tout fait pour conserver son poste. Président par intérim des Républicains pendant la primaire de la droite, Laurent Wauquiez a perdu la direction du parti ce mardi 29 novembre. François Fillon a en effet nommé l’ancien président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer secrétaire général du parti Les Républicains (LR). Il aura les fonctions exécutives. Mais le président de la région Auvergne Rhône-Alpes reste en bonne place à la direction du parti, en étant nommé premier vice-président de LR.

La députée filloniste Isabelle Le Callennec est quant à elle nommée seconde vice-présidente. Si Laurent Wauquiez sera donc bien encadré par des proches de François Fillon, il réussit donc à sauver les meubles. Le député de la Haute-Loire n’a pas ménagé ses efforts. Dès l’annonce des résultats du second tour de la primaire, dimanche 28 novembre, il avait appelé au rassemblement derrière François Fillon. Un peu plus tôt, dans le JDD, il avait expliqué qu’il aimait ce qu’il faisait à la tête de LR : "Un parti, c’est très beau".

Jean-François Lamour, également député filloniste, devient président de la commission nationale d'investiture à la place de Christian Estrosi. Un comité politique dirigé par le très filloniste président du Sénat Gérard Larcher est également mis en place. Plusieurs candidats à la primaire figurent dans ce comité : Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Frédéric Poisson. Toutes les tendances sont représentées : Virginie Calmels pour Alain Juppé, François Baroin pour Nicolas Sarkozy et Thierry Solère pour Bruno Le Maire. 

Alors qu’il était secrétaire général du parti, Eric Woerth n’a plus de fonction à la direction du mouvement. "Il n'est plus secrétaire général puisqu'il aura une responsabilité dans la campagne de François Fillon", a déclaré le filloniste Jérôme Chartier lors d'un point presse. 







Le parti n'a donc plus de président officiel, sa direction revenant de fait à François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle après sa nette victoire dimanche face à Alain Juppé.



Du rab sur le Lab

PlusPlus