Après le soutien de Valls à Macron, Hamon retente de convaincre Mélenchon de se rallier à lui

Publié à 13h58, le 29 mars 2017 , Modifié à 21h53, le 29 mars 2017

Après le soutien de Valls à Macron, Hamon retente de convaincre Mélenchon de se rallier à lui
Benoît Hamon le 29 mars 2017 © Montage Le Lab via BFMTV
Image Etienne Baldit


C'est une sorte de dernière tentative, à trois semaines du premier tour de la présidentielle. Alors que les vraies-fausses tractations entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon en vue d'un très improbable rapprochement ont échoué au mois de février, le candidat du PS remet le sujet sur le tapis, à la suite du soutien affiché de Manuel Valls à Emmanuel Macron. Comme un ultime appel à l'union des forces de gauche, Benoît Hamon s'est posé en seul rassembleur possible, au cours d'une conférence de presse mercredi 29 mars.

Voici ce qu'a déclaré le vainqueur de la primaire du PS, aujourd'hui lâché par l'ancien Premier ministre qui a officiellement appelé à voter pour le leader d'En Marche ! :

J'appelle les sociaux-démocrates, les communistes et Pierre Laurent, les insoumis et Jean-Luc Mélenchon, à unir leurs forces aux miennes. [...] Tout le monde sait que par mon projet à la fois transformateur et sérieux, j'ai une position centrale à gauche et que je suis le seul à pouvoir conjuguer des électorats différents, des radicaux aux plus modérés.

Au vu des sondages actuels (Benoît Hamon est donné cinquième à un peu plus de 10%, contre plus de 14% à Jean-Luc Mélenchon) et de l'absence totale d'intention du candidat des "insoumis" d'abandonner sa candidature, il y a cependant très peu de doutes qu'une telle réunion se produise. Et les "sociaux-démocrates" du PS sont pour la plupart déjà "en marche", ou hésitent à le faire... 

Quant au soutien de Manuel Valls à son ex-ministre de l'Économie (qui "n'est pas un ralliement" selon l'ex-chef de gouvernement), le député des Yvelines s'est fait tranchant : 

Ce matin, ce qui à mes yeux est le plus grave pour notre pays mais aussi pour la politique au sens noble du terme, c'est que la démocratie a pris un grand coup de plus. Elle n'en avait pas besoin, tant elle a été humiliée, tant elle est humiliée par des comportements et des pratiques indignes depuis le début de la campagne présidentielle. [...] Oui, la démocratie est la prunelle de nos yeux qu'il faut respecter, grands et petits de la politique.

"Je vous demande de réagir, de sanctionner ceux qui se prêtent à ce jeu morbide, [...] de tourner le dos à ces politiciens qui ne croient plus en rien et qui vont là où le vent va au mépris de toute conviction", a encore lâché Benoît Hamon à l'attention des électeurs.

[Edit 15h]

Et les communistes plaident eux aussi pour un rapprochement. Le patron du PCF Pierre Laurent appelle en effet à une rencontre entre Mélenchon, Hamon, Jadot et lui-même "dans les tous prochains jours". Une rencontre destinée à "créer les conditions de la victoire en vue" à travers "une candidature commune", écrit-il dans un communiqué. "Il est urgent que toutes les forces de gauche engagées dans la campagne se rassemblent autour d'un projet profondément ancré à gauche", ajoute Pierre Laurent, sans préciser l'identité du candidat derrière se rassemblement se ferait.

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, écrit pour sa part sur Twitter :



Après la confirmation Valls pour Macron... possible d'aller vers une solution à gauche et une qualification ? La question est réouverte !



[Edit 20h30]

En meeting au Havre ce mercredi, Jean-Luc Mélenchon a opposé une fin de non-recevoir à ce nouvel appel de Benoît Hamon. "Je ne dépends que de vous et je ne négocierai rien avec personne à ce moment, à cette étape", a-t-il lancé à ses militants. Le candidat de La France insoumise a par ailleurs souligné qu'il respectait le pacte de non-agression, lui, comme l'ont rapporté plusieurs journalistes présents.







[Edit 21h53]

En meeting à Lille, Benoît Hamon a "regrett[é] profondément" le refus de Jean-Luc Mélenchon de se "rassembler derrière [s]a candidature" et déploré qu'"une fois de plus un certain caractère l'empêche d'être plus utile à la gauche qu'il ne l'est en réalité".

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus