Après sa défaite à la primaire, Arnaud Montebourg va retourner travailler dans le privé

Publié à 19h12, le 23 janvier 2017 , Modifié à 23h42, le 23 janvier 2017

Après sa défaite à la primaire, Arnaud Montebourg va retourner travailler dans le privé
Arnaud Montebourg et ses soutiens au Mont-Beuvray © THIERRY ZOCCOLAN / AFP

C’était lundi 10 janvier dernier. Après une réunion sur la culture organisée à Paris, Arnaud Montebourg lance un "Rentrez dans vos foooyers" aux journalistes encore présents avant de partir. Nettement distancé par Benoît Hamon et Manuel Valls lors du premier tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire dimanche 22 janvier, le candidat va quant à lui retourner travailler dans le privé. C’est ce qu’a affirmé ce lundi 23 janvier son porte-parole Patrice Prat auprès du JDD :

"

Il ne veut pas vivre de la politique, clairement. Il relance son activité dans le privé. Ce qui n’exclut pas de prendre parti à l’avenir quand il y aura de forts enjeux.

"

Joint par Le Lab, le député PS du Gard, qui fait partie des soutiens de la première heure d’Arnaud Montebourg, confirme que le candidat est "désormais libre de s’exprimer et peut-être demain de s’engager quand il y aura une cause importante à défendre".

Reste à savoir où ira travailler Arnaud Montebourg. L’ancien ministre de l’Economie pourrait éventuellement retrouver ses précédentes fonctions au sein d’Habitat, de Talan ou de la start-up New Wind. Il s’était mis en retrait ou avait quitté ses fonctions auprès de ces trois sociétés, rappelle le JDD. "Il a toujours de la suite dans les idées. Il n’est pas à court d’idées et de projets", souligne Patrice Prat au Lab.

Arnaud Montebourg pourrait aussi donner un coup de main à la campagne présidentielle de Benoît Hamon si le député frondeur des Yvelines remportait la primaire dimanche 29 janvier, comme le précise Patrice Prat :

 

 

"

Il sera engagé dans sa campagne si Benoît souhaite qu’il le fasse visiblement et si son action peut-être déterminante et peut l’aider dans cette élection.

"

Arnaud Montebourg avait indiqué en octobre dernier qu’il ne "serait pas en première partie chauffeur de salle" si François Hollande remportait la primaire. "Je ne serai pas candidat au-delà, je me tairai, je rentrerai dans ma Saône-et Loire-natale, j’irai cultiver mon jardin", confiait-il à l’époque à l’égard du chef de l’Etat, qu’il s’était préparé à affronter. Avant le renoncement de son meilleur adversaire.

En attendant, plusieurs soutiens d’Arnaud Montebourg seront présents ce lundi soir à la réunion de ses soutiens à huis-clos, à Paris. Certains, comme le responsable des déplacements de la campagne de l’ancien ministre, Christophe Lantoine, ou la députée Marie-Françoise Bechtel, ont cependant indiqué sur Twitter qu’ils ne voteront pas pour Benoît Hamon, allant ainsi à l'encontre de la position exprimée par le candidat battu. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus