Arnaud Montebourg annonce son soutien à Benoît Hamon après avoir passé la semaine à l'attaquer

Publié à 21h08, le 22 janvier 2017 , Modifié à 21h08, le 22 janvier 2017

Arnaud Montebourg annonce son soutien à Benoît Hamon après avoir passé la semaine à l'attaquer
Arnaud Montebourg © AFP
Image Sylvain Chazot


Arnaud Montebourg a été éliminé dès le premier tour de primaire de la Belle Alliance Populaire. Une surprise qui implique une réaction politique immédiate. À nouveau troisième homme de la primaire – après 2011 – l'ancien ministre du Redressement productif  a annoncé son soutien à Benoît Hamon, arrivé en tête dimanche 22 janvier. Il a dit :

Avec Benoît Hamon, nous avons combattu ensemble, dans le gouvernement, les politiques sociales-libérales qui sont aujourd'hui désavouées. Nous avons quitté le gouvernement ensemble et nous avons veillé, malgré nos désaccords, à ce que nos prises de position restent compatibles. [...] J'adresse un message à chacun de ceux qui m'ont fait confiance : dimanche prochain, je voterai Benoît Hamon et vous invite à faire de même. [...] Je souhaite bonne chance à Benoît Hamon et l'assure de mon soutien dans les épreuves qu'il aura à franchir.

Sauf qu'entre les anciens ministres, si des liens idéologiques sont notables, de vives tensions existent également, comme on a pu l'observer dans les tous derniers jours de campagne de la primaire.

Dernier exemple en date jeudi 19 janvier lorsqu'Arnaud Montebourg a dit tout le mal qu'il pensait du programme de Benoît Hamon, incapable selon lui de remporter la présidentielle. "Se présenter devant François Fillon en proposant le revenu universel et la légalisation du cannabis, c’est risquer d’être renvoyé dans les poubelles de l’histoire", a confié l'ex-ministre du Redressement productif au Monde.

Durant une semaine, Arnaud Montebourg et son entourage ont à plusieurs reprises attaqué le camp Hamon, incarnation selon le directeur de campagne d'Arnaud Montebourg, François Kalfon, de la "gauche Carambar".

Lors du troisième débat, le chantre du Made in France avait attaqué son ancien collègue sur le revenu universel, quelques heures après avoir saisi la Haute autorité de la primaire contre Benoît Hamon pour contester une cérémonie de vœux à Trappes samedi.

En résumé : après avoir violemment attaqué Benoît Hamon, Arnaud Montebourg le rallie. On appelle ça la politique. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus