Assistants parlementaires du MoDem : Taubira recadre Bayrou en lui rappelant la loi

Publié à 18h38, le 14 juin 2017 , Modifié à 18h51, le 14 juin 2017

Assistants parlementaires du MoDem : Taubira recadre Bayrou en lui rappelant la loi
Christiane Taubira, ancienne garde des Sceaux, donne la leçon à l'actuel ministre de la Justice, François Bayrou. © Montage AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

En déplacement mercredi 14 juin à Villeurbanne pour soutenir Najat Vallaud-Belkacem dans la 6e circonscription du Rhône, Christiane Taubira en a profité pour adresser un petit message à François Bayrou. Comme l’a capté franceinfo, l’ancienne garde des Sceaux a rappelé la loi à l’actuel ministre de la Justice, empêtré dans l’affaire des assistants parlementaires du MoDem.

Selon les informations de Mediapart publiées le vendredi 9 juin, François Bayrou aurait appelé le responsable de la cellule investigation de Radio France, pour se plaindre d'une enquête en cours de franceinfo au sujet des salariés du MoDem sur fonds de soupçons d'emplois fictifs. Pour Christiane Taubira, cette attitude est tout simplement illégale. Et elle rappelle à François Bayrou une loi qu'elle a elle-même portée : 

"

J'ai fait inscrire dans la loi, la loi du 25 juillet 2013 [à consulter ici, ndlr], l'interdiction de donner des instructions et d'intervenir dans les procédures pénales.Et je disais, je l'inscris quand même dans le code de procédure pénal au cas où, fort improbable, un autre garde des Sceaux après moi se fut montré moins vertueux. Ben je suis contente de l'avoir inscrit dans la loi !

"

Retrouvez cette séquence ci-dessous en vidéo :


Christiane Taubira laisse donc clairement entendre que François Bayrou, sans le nommer, s’est "montré moins vertueux" qu’elle.

Mardi 13 juin, le Premier ministre Édouard Philippe avait déjà recadré son garde des Sceaux, assurant que "quand on est ministre, on ne peut plus réagir comme quand on est un simple citoyen". Un rappel à l’ordre pas vraiment intégré par François Bayrou qui, ce mercredi 14 juin, a persisté : "Il faut de la liberté de parole. Je ne sais pas vivre sans liberté de parole". Même si les deux hommes ont affiché leur entente cordiale à la sortie du conseil des ministres


 
 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

Quand "le citoyen" Bayrou appelle Radio France pour se plaindre d'une enquête sur les salariés du MoDem

VIDÉO - En 2007, François Bayrou s’élevait contre "les interventions directes auprès des rédactions"

> Ministres ou citoyens avant tout ? La différence de traitement des cas Bayrou et Ferrand par Castaner

> Le ministre François Bayrou persiste à vouloir garder sa "liberté de parole" de citoyen avant tout

> Édouard Philippe et François Bayrou mettent en scène leur belle entente sur fond de couac persistant

Du rab sur le Lab

PlusPlus