Attaquée par le polémiste Eric Zemmour, Nathalie Kosciusko-Morizet assure qu’elle mettra son "énergie de petit lapin au service des Français"

Publié à 18h22, le 30 mai 2017 , Modifié à 18h22, le 30 mai 2017

Attaquée par le polémiste Eric Zemmour, Nathalie Kosciusko-Morizet assure qu’elle mettra son "énergie de petit lapin au service des Français"
Nathalie "petit lapin" Kosciusko-Morizet et son chasseur. © Montage AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


Dans son édito du 25 mai dernier [à voir ici en vidéo], le polémiste de RTL Eric Zemmour attaquait frontalement la députée LR de l’Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet. Il la comparait à un "lapin aveuglé par les phares d’une voiture", attendant sa mort politique certaine. Mardi 30 mai, NKM se défend dans une tribune publiée dans Le Monde.



"Ce n’est pas la première fois que je fais les frais de la méchanceté d’Eric Zemmour, mais cette fois-ci comme il en vient à annoncer ma mort, je ressens un besoin plus ardent d’y répondre", écrit Nathalie Kosciusko-Morizet pour justifier sa tribune. Elle poursuit sur un ton très *légèrement* ironique :



Alors non, cher Eric, je ne suis pas un lapin qui regarde avec admiration les phares d’une voiture en attendant de me faire écraser. Image quelque peu violente, vous en conviendrez […] Pourquoi donc, alors que je suis, comme vous le dites si gentiment, finie ? Finie parce que la droite a repris ses vieilles habitudes de dissidences qui nous ont fait perdre Paris ? Ce que vous cachez sous un clivage très intelligent et verbeux de vraie droite contre droite ouverte n’est qu’un paravent de la médiocrité des ambitions personnelles qui plombent la droite dans la capitale depuis bien longtemps.

NKM en profite pour passer un petit message personnel au maire du VIIe arrondissement de Paris, Jean-Pierre Lecoq, et Henri Guaino, tous deux entrés en dissidence face à elle. Selon elle, ces candidatures dissidentes sont les responsables des défaites de la droite aux scrutins locaux ces dernières années.

"NKM est un résumé caricatural de l’évolution de la droite depuis la création de l’UMP sous la houlette d’Alain Juppé il y a quinze ans : toujours plus au centre, toujours plus à gauche, toujours plus progressiste, toujours plus politiquement correct, toujours plus éloigné de l’électorat traditionnel de la droite", expliquait Eric Zemmour dans son édito. "Pour vous, le progressisme est de gauche. Pour moi, anticiper le progrès est de droite, car il nous évite de le subir", lui rétorque NKM.

Enfin, NKM promet de "mettre [son] énergie de petit lapin au service des Français". Une nouvelle idée de slogan de campagne ? 

Du rab sur le Lab

PlusPlus