Attentat de Nice : Christian Estrosi dénonce une "synthèse d'approximations" de Mediapart et porte plainte contre ce média

Publié à 19h20, le 23 décembre 2016 , Modifié à 19h20, le 23 décembre 2016

Attentat de Nice : Christian Estrosi dénonce une "synthèse d'approximations" de Mediapart et porte plainte contre ce média
© VALERY HACHE / AFP
Image Julien Chabrout


Christian Estrosi est en colère. Le président Les Républicains de la Région PACA et premier adjoint au maire de Nice annonce ce vendredi 23 décembre son intention de porter plainte en diffamation, au côté de la ville de Nice, contre Mediapart après leurs révélations sur l’attentat de Nice. Interrogé par le site Internet du Point, Christian Estrosi dénonce l’article de Mediapart :

 



C’est une synthèse d’approximations dans le seul but est de polémiquer.

Mediapart explique que le système de vidéosurveillance n’a été d’aucune utilité pour prévenir l’attentat commis le 14 juillet dernier sur la promenade des Anglais via un camion, causant la mort de 86 personnes. Le terroriste a ainsi pu circuler librement avec son 19 tonnes les 11, 12 et 13 juillet, durant une trentaine de minutes, sur le trottoir de la promenade des Anglais afin de calculer ses trajectoires le soir de son crime. Au total, il a même circulé à onze reprises sur la promenade des Anglais.

La scène à été à chaque fois filmée par les caméras de vidéosurveillance sans que la police municipale de Nice ne réagisse, malgré l’arrêté municipal pris en septembre 2014 interdisant la circulation des véhicules de plus de 3,5 tonnes dans la ville.

Les révélations de Mediapart sont gênantes pour Christian Estrosi. L’ancien maire LR de Nice s’était en effet étonné que la préfecture de police n’ait pas réussi à appréhender les auteurs des attentats de Charlie Hebdo peu après la tuerie, en janvier 2015. "Je suis à peu près convaincu que si Paris avait été équipé du même réseau de vidéosurveillance que le nôtre, les frères Kouachi n’auraient pas passé trois carrefours sans être neutralisés et interpellés", avait-il en ainsi déclaré lors d’un conseil municipal.

Cinq mois après l’attentat, Christian Estrosi continue pourtant toujours à pointer la responsabilité du gouvernement, mettant en cause, notamment, les effectifs de la police nationale. Comme le démontrent pourtant les photos publiées par Libération le 21 juillet, la circulation était alors assurée par des policiers municipaux, et non nationaux, contrairement à ce qu'avait alors affirmé le ministre de l'Intérieur de l'époque Bernard Cazeneuve.

Après les révélations de Mediapart, l’ancien maire de Nice défend bec et ongles la police municipale de la préfecture des Alpes-Maritimes. Auprès du Point.fr le responsable LR et son entourage rappellent que "les images de la Ville de Nice ont été très utiles pour l’avancée de l’enquête". Christian Estrosi prévient :

 



Je ne laisserai pas remettre en cause la compétence de mes agents de police municipale qui sont d’un dévouement sans bornes et d’une grande compétence.

La polémique n’est donc pas près de s’éteindre. Et Christian Estrosi, qui avait déploré "être traité comme un subalterne" par l'exécutif, ne se laissera pas faire. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus