Attentat de Nice : pour Henri Guaino, "un militaire avec un lance-roquette" aurait arrêté le camion

Publié à 09h58, le 15 juillet 2016 , Modifié à 19h21, le 15 juillet 2016

Attentat de Nice : pour Henri Guaino, "un militaire avec un lance-roquette" aurait arrêté le camion
Henri Guaino © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Image Etienne Baldit


Les réactions politiques continuent d'affluer, vendredi 15 juillet, après l'attaque terroriste qui a fait au moins 84 morts à Nice. Un camion a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais, écrasant les personnes sur son passage. Et pour Henri Guaino, cela aurait pu être évité de manière *très simple* : en postant "un militaire avec un lance-roquette" qui aurait pu "arrêter le camion".

Le député LR et candidat à la primaire de la droite réagissait à cette attaque terroriste sur RTL. Il a dit :

- Henri Guaino : On me dit 'c'est difficile d'arrêter un camion'. Mais si il y avait eu des barrages et s'il les avait franchis... On a décrété l'opération Sentinelle, nous avons normalement sur le terrain des militaires armés d'armes de guerre. Eh bien à la guerre, on peut arrêter un char de 30 tonnes en pleine course !

- RTL : Vous êtes en train de nous dire que les militaires qui étaient éventuellement là hier soir n'ont pas forcément été utiles, c'est ça ?

- Henri Guaino : Je ne sais pas ! Mais je pense que la question, elle est vraiment posée. Si nous sommes en guerre, eh bien il y a des militaires en armes de guerre, ils doivent pouvoir utiliser leurs armes de guerre et on doit pouvoir stopper un camion qui ne répond pas aux sommations, qui refuse de s'arrêter aux contrôles. Voilà. C'est... Et là il était évident, puisqu'on connaît ce mode opératoire, on en a parlé dans toutes les commissions d'enquête d'ailleurs qui ont eu lieu sur ce sujet, tous les spécialistes nous on dit que ça, c'était possible. Donc il y a quelque chose qui m'interpelle beaucoup dans cette affaire, c'est : que s'est-il passé, il faut en tirer les conséquences et si on ne peut pas utiliser les militaires de Sentinelle pour faire la guerre aux terroristes, alors il faut supprimer Sentinelle !

- RTL : Question sur les règles d'engagement, qui est posée...

- Henri Guaino : Et puis des moyens dont on dispose ! Il suffit de mettre à l'entrée de la promenade des Anglais un militaire avec un lance-roquette et puis il arrêtera le camion de 15 tonnes, voilà c'est tout ! Sinon, c'est pas la peine d'utiliser des militaires.

Voilà donc la solution d'Henri Guaino pour empêcher les attentats. Henri Guaino qui, début juillet, disait vouloir s'inspirer de Donald Trump pour sa campagne de la primaire. Une sortie à réécouter ici :



L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a également estimé :

La réponse militaire, elle concerne la sécurisation des lieux. Pour l'instant, on s'en sert essentiellement de façon psychologique, sauf quand les soldats sont attaqués, ils répondent, c'est de la légitime défense. Mais là l'utilisation, elle aurait dû être non pas d'envoyer des soldats sur la promenade simplement pour améliorer la psychologie, ils auraient dû être à l'entrée de la zone piétonnière, à l'entrée. Ils ont des armes de guerre, donc c'est là qu'il y a... À quoi ça sert d'être à l'entrée, sinon d'arrêter d'éventuels terroristes, et en particulier des gens qui utilisent des voitures béliers, des camions, etc ? Vous êtes sur une ligne qui est toute droite ! Toute droite pendant des kilomètres. C'est à l'entrée qu'ils auraient du être, avec des conditions d'engagement qui permettent de les arrêter.

"Il faut quand même se garder de penser, et je le dis à mes amis, qu'il existe une recette miracle pour qu'il n'y ait plus aucun attentat, plus aucune victime", avait-il par ailleurs considéré plus tôt.





À LIRE SUR LE LAB :

EN DIRECT – Attentat à Nice : le jour d'après

Attentat à Nice : ces élus qui plaident pour un état d'urgence "permanent"

Attentat à Nice : l'indécente récupération politique d'un sénateur LR, quelques minutes à peine après l'attaque

Du rab sur le Lab

PlusPlus